AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Et que Dansent les Dragons [Partie Trône de Fer]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kaht
Délégué
avatar

Messages : 680
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 27
Localisation : un peu partout ... c'est dégueulasse, d'ailleurs

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Et que Dansent les Dragons [Partie Trône de Fer]   Mer 20 Juil 2016 - 3:35

Citation :
Westeros, an 129 après la Conquête d'Aegon.


L'automne s'installe tranquillement sur le continent.

À Port-Réal, le vieux Roi Viserys, Ier du nom, Roi des Andals et des Premiers Hommes et Protecteur des Sept Couronnes du Nord, du Val, des Terres de l'Ouest, des Terres de l'Orage, du Bief et des Îles de Fer, règne avec une relative sagesse.

Au Sud, la Principauté de Dorne reste isolée du reste du continent par les Marches, malgré les escarmouches récurrentes avec les seigneurs Biefois et Orageois.
A l'Est, le petit Royaume du Détroit que s'était arrogé Daemon Targaryen, frère cadet du Roi cis sur le Trône de Fer, s'est délité et la Triarchie, l'alliance des cités libres de Lys, Myr et Tyrosh a repris du poil de la bête.

Mais ce qui semble tenir en haleine les seigneurs de Westeros ne sont pas ces considérations extérieurs, mais un conflit bien intérieur.
En effet, ces dernières années, l'animosité entre les deux partis des enfants de Viserys n'a fait que s'envenimer.

Rhaenyra Targaryen, fille ainée et favorite de son père, réside à Peyredragon avec son oncle-époux, Daemon Targaryen, et leurs enfants respectifs (Jacaerys, Lucerys et Joffrey Velaryon, enfants de Rhaenyra de son premier mariage avec feu Laenor Velaryon, et Rhaena et Baela, les filles jumelles de Daemon et feu Laena Velaryon, soeur de Laenor) ainsi que leurs deux jeunes enfants naturels : Aegon et Viserys.
Ils constituent le coeur du "Parti Noir", le parti de la Princesse, "la Joie du Royaume".

Le "Parti de la Reine", le "Parti Vert", est celui de la Reine Alicent Hightower, seconde épouse du Roi, et mère du Prince Aegon. Ils résident à Port-Réal avec le Roi, et leur famille dont Aemond et Daeron, les frères d'Aegon. Ce dernier a épousé sa sœur Helaena, et ils ont trois enfants : les jumeaux Jaehaerys et Jaehaera et le jeune Maekar.

La séparation des deux branches, pour lesquelles la question de la future succession se pose (Viserys ayant désigné sa fille comme héritière contre toute attente et logique législative), a garanti ses derniers temps un statu quo.
mais le Roi est blessé, malade, et on ne sait si sa santé reprendra le dessus.

Telle est la situation en Westeros en cette fin de seconde Lune de l'an 129.

Bienvenue, mes chers joueurs, dans ce beau bordel.

Vous jouez donc une Maison Mineure du Conflans en cette époque incertaine. Je vous laisse vous présenter, vous et votre (vos) Maison(s)

_________________
Exil,  mercenaire de la Compagnie du Cœur Sombre, Sorcier-Artisan Artilleur

"A vaincre sans péril, on gagne ! Le courage, c'est pour les morts !" sagesse skaven très inspiratrice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shiper
Vétéran
Vétéran
avatar

Messages : 406
Date d'inscription : 09/10/2011
Age : 23
Localisation : Le Mans (ville)

MessageSujet: Re: Et que Dansent les Dragons [Partie Trône de Fer]   Mer 20 Juil 2016 - 11:44

Boros Noirefer, 29ans, né en l'an 100.

Image:
 

Il ne tient pas en place, et ce depuis son enfance. Il a littéralement fui son éducation au profit de ses loisirs toute sa jeunesse, et il continue maintenant qu'il est adulte, à sa façon.

Il passait déjà tout son temps dehors à se promener, mais après le Grand Tournoi de l'an 110, où il rencontra un archer remarquable, il exacerba son goût pour le tir à l'arc et fini naturellement par mélanger ses deux loisirs en un seul : la chasse.
Environ 6 ans plus tard, lui et son frère jumeau Jorvis, se sont fait capturer par la famille Bracken. Ils sont devenus otage et devait être échangés contre une rançon. Boros, n'ayant pas le profil physique de son frère, a su se faufiler dans un trou de souris pour s'échapper miraculeusement. Il partit chercher de l'aide pour sauver son frère mais ... il erra plusieurs jours sans nourriture et sans eau, à la recherche de la bonne direction. Il ne revînt en vie que parce qu'il a su piéger quelques lapins sur le chemin.
Une fois arrivé il vit son frère sain et sauf à la maison et son père d'humeur aussi vide que son coffre. Oups.

6 ans plus tard encore, Boros scella sa réputation sur les terres Noirefer. Sa jeune soeur, qui n'avait que 6 ans, se faisait embêter très souvent par le fils du palefrenier. Et elle s'en plaignait toujours. Toujours. Oui, toujours.
Un bel après-midi ensoleillé, alors que la famille du palefrenier se préparait pour fêter la naissance d'une petite fille, le fils lui, tirait les cheveux de la petite soeur de Boros. Boros lui, passait par hasard sur une terrasse, un peu plus haut. Il vit la scène et sans même réfléchir, exaspéré et aveuglé par la colère, décocha une flèche en travers du crâne du malheureux garçon. C'est ainsi qu'on le retrouva cloué à l'entrée de chez lui.

Aujourd'hui Boros occupe le poste de Maître-piqueux, et la majorité de la population locale le craint bien qu'il n'y ait pas eu d'autres incidents aussi violents. Cet homme ne craint pas les dieux, et ne reconnaît pas l'autorité d'un homme ou d'une femme qu'il ne respecte pas. Même si c'est un roi.

_________________
Revers, mercenaire de la compagnie du coeur sombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kirin54
Grand argentier
avatar

Messages : 486
Date d'inscription : 20/02/2012
Age : 29
Localisation : Dans un monde fantastique.

Feuille de personnage
Nom :: Bragan
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE7
POUVOIR6
HABILETE8

Endurance:
8/12  (8/12)

MessageSujet: Re: Et que Dansent les Dragons [Partie Trône de Fer]   Mer 20 Juil 2016 - 15:41

Jorvis Noirfer
29 ans, cheveux noirs, yeux marrons, 2m41, 180 kg.

Images:
 
Né en l'an 100 il est le frère jumeau de Boros. Etant né premier et faisant environ 2 kg de plus que son frère à la naissance il fut choisi pour devenir l'héritier.
Jorvis n'à jamais été un enfant à problème, malgré le fait qu'il faisait toujours deux têtes de plus que tout ses camarades, il à toujours été reconnu pour sa gentillesse.
De par sa taille et sa musculature il commença ses entrainement aux armes dés l'age de sept ans. Son premier maître était vieux mais extrêmement compétent. Il su rapidement que le marteau serait l'arme de prédilection de Jorvis. Il le forma à son utilisation et Jorvis adorait ça.

Le seul problème de Jorvis était sa fainéantise. Son frère séchait les cours du mestre pour la forêt alors que lui même les ratais pour aller s'amuser ou dormir. Bien que son destin avait décidé qu'il devait devenir le prochain lord, rien ne le motivait dans cette perspective. Il ne fit jamais montre d'une quelconque motivation pour progressé en ce sens. Il préférait la ville et les paysans à la cours et aux nobles. Son propre père ne fit jamais de critique de son comportement. Car il voyait émerger en lui un seigneur proche de son peuple, dont l'empathie comblerait aisément les lacunes de son éducation.

Jorvis n'est pas idiot, loin de là, il n'est pas non plus intelligent. Il ne fait juste qu'apprendre ce dont il à besoin. Lire, écrire, se battre, jouter, monter, l'étiquette ou même parler d'amour. Il lit beaucoup de poésie et d'histoire romanesque.

Malheureusement pour lui plus les années avançaient plus les problèmes grandirent. Au sens littéral. A 11 ans Jorvis mesurait déjà 1m98 à 15 ans 2m24. Les gens et les enfants commençait à le craindre, de plus la mauvaise réputation de son frère n’arrangeait rien. Jorvis pensait réellement pouvoir aider don frère à contrôler ses pulsions. 

A l'age de seize ans alors que les deux frères découvraient leurs premier champs de batailles, depuis les tentes de commandement, un détachement de l'armée adverse réussi à s'infiltrer dans le camps et à enlever les deux jeunes garçons. Ils furent rançonné. Son frère réussi à s'échapper en promettant de revenir pour lui. Mais son père avait déjà payé la rançon pour le libérer.

Les autres hommes de la garde avaient tendances à se moquer de lui en le voyant lire, lui assénant qu'il aurait bien mieux à faire avec le corps qu'il avait. Un jour de l'année de ses 19 ans, il les pris au mots. Il défia les gardes de la caserne pour leur rabattre le caquet une bonne fois pour toute. Après quelques provocation ils se ruèrent sur lui. Il en tua treize avant qu'un maître d'arme de Dorne ne l'arrête. Ce fût son premier contact avec le sang.

1 an plus tard il connu la guerre. Il tomba lui et son unité dans une embuscade. Ce n'est que deux jours plus tard qu'on le retrouva à genou au milieu des corps de ses ennemis et de ses hommes. Il était maculé de sang et ne parla jamais de se qui s'était passé. Mais depuis ce jour il commença à faire preuve d'une grande sauvagerie et d'inconscience sur le champ de bataille. Impossible de lui faire dégainer son arme sans qu'il ne cherche à tuer.

Un jour d’ailleurs il n'eut pas le choix. Un tournoi était organiser et en tant que fils héritier de sa famille il était inscrit d'office. C'est pendant ce tournoi qu'il vécu son premier amour, un jeune homme du nom de Briss. Pour lui l'amour ne devait souffrir d'aucune frontière. Il n'a que peut de considération pour le sexe l'age, ou l'extraction. Il découvrit lee plaisirs de la chair avec cet homme. Depuis se jour un simple regard suffisait à le faire tomber amoureux. Mais sa sauvagerie latente le rattrapa, pendant la petite mêlée il tua deux personnes. Fou de rage il se rua sur le jeune Tully, qui le mis au tapis en trois secondes. Il n'oublia jamais sa première défaite et fit en cet instant la promesse d'un jour lui rendre la pareille.

De lors il travailla dur son style de combat. Aujourd'hui Jorvis mesure 2m39 pèse 180 kg et manie son arme de 7 kg à une seule main. Il fut surnommé le boucher des lames. Surnom qui le fît toujours souffrir, car sous ses airs de brutes, Jorvis n'avait jamais changé. Son peuple l'aimait et il aurait tout donné pour sa famille. Alors que tout allait bien dans ses terres le reste du royaume le voyait comme quelqu'un d'inquiétant dont il faut se méfier, comme une bête sauvage qui tue ses ennemis avec sauvagerie.

Il est toujours aussi fainéant, hédoniste, avec des idéaux plein la tête. Il se refuse à mentir et aime toujours la poésie. Il tombe toujours facilement amoureux, il s'éprit avec de nombreux hommes et femmes.

En somme vous avez à faire à un gros nounours.

_________________
« Si tu veux être quelqu'un d'autre, ne te contente pas de l'imiter, prend possession de son corps, de son histoire et de son âme. »


"Deux intellectuels assis vont moins loin qu'une brute qui marche." M. Audiard

"Wise men have interpreted dreams, and the gods have laughed" H.P. Lovecraft

Ratio de scénarii MJ/Joueurs : 5/6 (chez MG) 48/85 (total)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://darknessclub.free.fr
petale
Soldat du Rang
Soldat du Rang
avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 09/06/2014
Age : 25
Localisation : le mans

MessageSujet: Re: Et que Dansent les Dragons [Partie Trône de Fer]   Mer 20 Juil 2016 - 17:43

Jelanys Volmark, 26 ans
maison vassal des Harloi


Pendant son enfance elle passait beaucoup de temps a se battre contre son frere jumeaux, cepandant ils n'y avait aucune méchanceté dans ces combats.

Puis à l'âge de 10 ans, son pere l'envoya en tant que pupille dans la famille Noirefer. 
Tandis que son frere jumeau etait envoyé comme pupille dans la famille Targaryen.

Préférant l'armure à la robe, elle décida de devenir une guerriere.

Pendant les 16 années passé avec les Noirefer, elle n'est retournée qu'une seule fois sur les îles de fer pour y rencontré Alannys Greyjoy, mère de Dalton Greyjoy seigneur des îles de fer, pour lui demandé des conseils.

Jelanys est une jeune fille courageuse mais ambitieuse qui aime passer des heures a s'entrainé a l'epée mais aussi a se baladé avec avec son fidele coursier: Tempête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talijalan
Présidente du Vice
avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 30/09/2014
Age : 18

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Et que Dansent les Dragons [Partie Trône de Fer]   Jeu 21 Juil 2016 - 2:07

Syraxes Noirfer
19 ans, cheveux long bouclé blond platine, yeux violets, 1m75, 68 kg, se bat a l'épée longue et l'arakh
Spoiler:
 

C'est en l'an 110 que l'histoire de Syraxes commence. Marié a Port-Réal lors du tournois, Lord Noirfer n'eut guère la possibilité d'etre le premier a toucher a jeune épouse. En effet, conformement a une ancienne tradition, et trouvant la jeune et jolie mariée a son gout, le prince Daemon Targaryen, n'hésita pas a faire valoir son droit que cuissage.
De ce droit de cuissage naquit la semance de dragon Syraxes Noirfer, fille de Catelyn Noirfer et Arthur Noirfer, fille de sang de Daemon Targaryen.

Durant les dix premières années de sa vie, la petite fille ne sut jamais qu'elle était une semence de dragon. Eduqué comme ces frères, elle se mela régulièrement a leur entrainement quotidien, amusant et attendrissant la maisonné avant qu'elle ne reparte gaiment a ces leçons avec la septa. Enfant facile a vivre, son seul défaut était sans aucun doute son fort caractère borné mais qui finissait bien souvent par ployer, trop peureuse a l'idée de déplaire a ses parents. L'enfance de la petite fille est cependant marqué par une santé fragile qui la cloue au lit a de nombreuse reprises, mais aussi par l'attaque d'un chien errant qui traumatisera Syraxes.

C'est a l'age de 10 ans que la révélation est faite. Tout d'abord prédisposé par l'arrivé d'un dornien, elle est ensuite confirmer par l'apparition de cette ombre rouge sang qui survola la demeure de la maison mineur du conflans. Il était beau, grand, la chevelure faite d'or et d'argent parfaitement tressée, celui que l'on désigna comme son pere, Daemon Targaryen. Tenant la main de sa petite soeur, Syraxes resta bea de longue minute au milieu de la cour du chateau devant cet homme qu'elle ne connaissait ni des anciens ni des nouveaux dieu.
Et pourtant, après une semaine a faire connaissance, Daemon Targaryen la hissait sur la selle de Caraxes, son dragon rouge et s'envolait pour Peyredragon.

La jeune fille de Noirfer passa 7 ans à Peyredragon, élevée parmi les fils de Rhaenyra, ces demie-soeurs et ces deux demis frères né durant son séjour. Elle apprit a parler le Valyrien comme n'importe quel Targaryen, continua son éducation comme n'importe quelle lady mais aussi se mela aux entrainements de Jacaerys, Lucerys et Joffrey, apprenant définitivement a se battre aussi bien que son père. C'est au sein du berceau de la maison Tragaryen que le caractère arrogant et déterminé se forgea, prenant exemple sur sa deuxième famille, Daemon et Rhaenyra devinrent ses modeles.
Sa vie fut assez douce et agréable, bien que participant régulièrement aux escarmouches avec les enfants Targaryen de Port-Réal, protegeant farouchement sa famille, il n'était pas rare pour Jacaerys et Lucerys de devoir retenir la semance de dragon de ne pas crevée l'autre oeil d'Aemond Targaryen. Si dans l'esprit de Syraxes, Lucerys et Joffrey était devenu des véritables petits frères pour elle, il fut une autre histoire pour Jacaerys. Bien que plus jeune qu'elle, une alchimie passa entre eux deux et aux fils des ans mua en autre chose, autre chose qu'il fut difficile a nommé pour les deux adolecents. Cependant, peux de temps avant le départ de la jeune conflanaise d'origine, on murmura dans les couloirs de Peyredragon qu'elle et Jacaerys étaient devenu amants.

Quittant sa maison en tant qu'enfant et rentrée en jeune adulte, bien qu'étant revenue de tant en tant, le retour fut relativement difficile pour la semance de dragon. Cependant elle se fit de nouveau a sa vie dans le conflans, revenant de temps en temps a Peyredragon avant que l'orage ne passe définitivement et ayant de temps a autre la visite de Jacaerys.
Syraxes est une jeune femme pleine de vie et pleine d'ambition pour les sept couronnes, elle reve d'un monde plus juste comme Rhaenyra. Toujours souriante, elle sait cependant faire preuve de serieux et faire travailler ses neuronnes pour obtenir ce qu'elle souhaite. Son statut de semance de Dragon lui donne des avantages non négligeable mais aussi de nombreux désavantage du a sa haute education, comme son arrogance et son manque de tolerance avec l’irrespect et l'incivilité.
C'est une guerrière comme son père Daemon Targaryen et en est fière, bien que cela ne soit pas au gout de tout le monde, et Lord Noirfer le premier.

_________________
Canine - Mercenaire et sorcière de la Compagnie du Coeur Sombre
Orties - Mercenaire et Herboriste de la Compagnie du Coeur Sombre
Je suis également...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dyvtalnia-academy.forumactif.org/
Talijalan
Présidente du Vice
avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 30/09/2014
Age : 18

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Et que Dansent les Dragons [Partie Trône de Fer]   Sam 30 Juil 2016 - 12:40

Extrait du Journal de Syraxes Noirfer




Voila maintenant bien des semaines que ma plume n'a guère parcouru les pages de ce journal. Tant tôt je n'écrivais plus rien car rien ne se passait dans cette vie calme et paisible, aujourd'hui, je ne sais de quoi sera fait demain.

Hier encore nous chassions des bandits de nos terres, aujourd'hui, nous voguons vers Peyredragon, et vers une guerre presque inévitable. Cependant je m'égare tant il y'a de chose a raconter. Tout a commencé le 22 e jour de la seconde lune de cette année 129. Un jour commun, agiter seulement par les bruit de la cour, l'entraînement de Jorvis avec Merlon, l'arrivée de Jelanys dans cet entraînement sans aucun doute pour de nouveau faire son intéressante. J'ai roulé des yeux en regardant cette scène habituelle alors que je brodais a la fenêtre de mes appartements. Je songeais a Peyredragon quand les cloches de la ville ont retenti de manière totalement inhabituelle, puis la nouvelle c'est rependu, l'été touchait à sa fin... 

La journée a malgré tout continuée, enchaînant les doléances tenue par Catelyn, tandis que Jorvis, Boros et Jelanys partaient chacun de leur côté en ville. Un léger sourire se dessinait sur mon visage, satisfaite de la broderie que je venais d'achever  quand le hennissement des chevaux dans la cour m'obligeais a de nouveau regarder par la fenêtre. Des éclaireurs. Ils pressèrent le pas pour entrer dans notre demeure comme si quelque chose de grave s'était passé sur nos terres, et au final s'était peu dire. Rejoignant la grande salle, la nouvelle ne tarda pas à tomber : des bandits saccageaient nos terres, brulant des fermes et tuant tout ce qui vivait, ne faisant comme otage que des femmes et des enfants.  Des fer-nés avais je songé, cependant si loin dans les terres a l'est, cela semblait bien étrange et personne ne perdit de temps pour se préparer et se mettre en route.

Je n'étais pas présente lors de la plus grande partie de l'intrigue car j'étais restée avec Mère et Hyldia, a la tour de guet ou nous avions posé le campement dans l’espoir de trouver, a partir de ce point, les mécréants attaquant les fermiers de nos terres. Ce fut cependant Jorvis, Boros et Merlon qui mirent fin a leur agissement, en effet, Boros ayant repéré leurs traces, il été revenue avec les éclaireurs pour réveiller le campement et repartir immédiatement régler le compte de ces hommes dont nous ne savons, aujourd’hui encore, pas grand-chose.  Ce fut un combat relativement impressionnant d’après les dires des présents, mais n’étant point présente je ne pourrais en faire le récit.

Une fois rentrée, le calme revenu, les interrogations ne donnèrent pas grand-chose car les bandits n’étaient rien de plus que de pauvres hommes à qui on avait donné beaucoup d’or pour ne rien savoir et agir.  Dans cette histoire nous avions gagné des hommes, en effet, Jorvis offrit aux survivants une place a notre service, offre qu’ils acceptèrent tous, outre deux hommes dont la mort de leur ami par les mains de Jorvis, pesait sans aucun doute beaucoup dans la balance. (On dit que l’homme en question s’est retrouvé la tête enfoncée entre les épaules)

Avoir intercepté ceux qui saccageaient nos terres étaient un fait, trouvé celui qui l’avait commandité en était une autre dont la question demeure toujours en suspens aujourd’hui. Serais ce les Bracken, les Frey ou bien les Fort ? D’après moi, au vu des récents événements, je suis presque certaine de la responsabilités des Fort.
 
Les récents évènements… Mon cœur saigne encore à l’évocation de ces derniers autant qu’ils m’enragent. Le deuxième jour de la troisième lune, alors que nous étions tous attablés pour le déjeuné, un corbeau portant le seau d’Aegon targaryen fut livré a Lord Noirfer. Un mauvais pressentiment enserra mon cœur, ma respiration c’est suspendu, puis la nouvelle est tombée. Le roi Viserys était mort. Ma gorge c’est nouée par les larmes et la tristesse qui m’envahissait et pourtant, moins de quelques secondes plus tard le hurlait toute ma rage. Aegon, ce petit vaurien de biefois avait sans aucun remord volé la couronne de Rhaenyra et nous demandait de ployer le genou devant sa petite tête de serpent, vile et détestable. Ce fils de catin n’avait décidément pas le moindre honneur, lui et sa salope de mère venant du Bief. Ce sont les gardes qui ont du m’évacuer de la grande salle tant la fureur me transperçait.  Le parti Vert et cette catin d’Alicent avait finalement réussi a volé le trône et la couronne de Rhaenyra, et je savais que bientôt chaque maison allait devoir faire un choix pour savoir qui suivre dans cette guerre a venir. Mes jours étaient donc compté, car le jour ou le Conflans et notre maison deviendrait Verte, si ils le devenaient, il n’y aurait pas de place pour la fille de Daemon Targaryen, époux de la Reine Rhaenyra Targaryen.
 
J’ai donc écris une lettre a Jacaerys et Daemon pour organiser mon retour a Peyredragon dans les plus bref délais.  Et le 11e jour de la 3e lune, alors que l’on venait d’apprendre que les Tully se rangeait du coté des Vert, Jacaerys est venu dans notre demeure pour nous apporter les nouvelles de Peyredragon. Lucerys ne tarderait guère a venir me chercher tandis que l’héritier de Rhaenyra volerait vers le Nord pour obtenir des alliés. J’aurais voulu pouvoir passer du temps avec  ce dernier, pleurer la perte de Viserys avec lui, mais je n’en fis rien, gardant ma place alors qu’il gardait la sienne, refoulant cette envie de partir loin de cette terre qui voulait prendre la couleur des traitres. Cependant je n’en fis rien,  me contentant de cette douce étreinte que m’offrit le prince de Peyrdragon avant qu’il ne reparte sur le dos d’Arrax.
 
Deux jours plus tard, Lucerys arrivait comme prévu, mais étrangement, alors que j’étais la seule prévu du voyage, Jorvis décida de venir aussi a Peyredragon pour faire sa propre idée sur la situation. Mon sourcil s’était soulevé quand Jelanys avait soulevé son envie de nous accompagné pour ma «protection ». Le temps d’un instant je me suis demandée si c’était une blague mais Lucerys m’enleva les mots de la bouche bien que la fer-née nous accompagna tout de même, ainsi que Boros, Merlon et Hyldia…  A l’heure ou je pose ma plume, nous voguons désormais vers le berceau des Targaryen de Westeros : Peyredragon.

_________________
Canine - Mercenaire et sorcière de la Compagnie du Coeur Sombre
Orties - Mercenaire et Herboriste de la Compagnie du Coeur Sombre
Je suis également...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dyvtalnia-academy.forumactif.org/
Talijalan
Présidente du Vice
avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 30/09/2014
Age : 18

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Et que Dansent les Dragons [Partie Trône de Fer]   Jeu 4 Aoû 2016 - 3:01

Extrait du journal de Syraxes Noirfer.


Peyredragon. Je me souvient de la première fois ou j'ai vu cette forteresse alors que je n'avais que 10 printemps derrière moi. Ce sentiment d'infériorité alors que je le contemplais cette ile faite par les dragons, en honneur des dragons. Toute la puissance qui émanait de ces lieux me terrifiait. J'avais si peur, une enfant étrangère dans un lieu étranger, plein d'inconnu et de danger. Pourtant, aujourd'hui, cette forteresse, cette île, pour rien au monde je voudrais la quitter.


Nous sommes arrivés a Peyredragon le 15e jour de la 3e lune après plusieurs jours de voyage a remonter les fleuves de Westeros. Un soupire de soulagement avait traversé mes lèvres en voyant au loin se dessiner les dragons des plus hautes tours de la demeure des targaryen. Je savais, qu'une fois en ces lieux, j'étais en sécurité et a ma place. J'ai beau essayer d'être une conflanaise, mon cœur et mon sang est targaryen. J'ai beau aimé Lord Noirfer et ma mère, le conflans n'a plus été ma maison après que Daemon targaryen m'eut reconnu comme ça fille. La demeure des dragons était entouré de navires parmi lesquels nous avions accosté avant d'être accompagné a la forteresse.
Durant toute la journée de notre arrivée et la journée suivante, il ne sait pas passé grand chose de notable outre le fait que nous aillons perdu de vue Jelanys et que Jacaerys faisait son retour a Peyredragon. Son voyage dans le Nord nous avait rapporté des allié sans grande surprise bien qu'une princesse Targaryenne fut promise... Aucun nom n'avait été donné, mais des princesses targaryenne du parti noir, il n'y en avait pas des masses, c'est a dire: uniquement Baela et Rhaena. Un froid c'était posé dans la salle car tout le monde connaissait l'avis de Rhaenyra sur la question du mariage de ces enfants, les fiançailles de Lucerys et Rhaena en était la preuve : tous se marieraient par amour. Cependant, aucun commentaire n'avait été fait et le repas du midi avait lieu sans encombre, dans une bonne humeur relative. L’après midi venu, le calme avait perduré et Jacaerys en profita pour me proposer une balade en dragon, et passer du temps ensemble.


La journée avait été douce et paisible, ce ne serait que mensonge d’affirmer que je ne l'avais pas appréciée. Beaucoup de questions avaient été soulevée pendant l’après midi, car malgré la séparation, aucun de nous deux ne pouvaient oublier ce qui c'était passé, et faire comme si il n'y avait plus rien aujourd'hui. Nous étions rentrée en début de soirée, les devoirs nous rappelant a la raison, et nous avions chacun fait notre chemin. Durant la journée, Peyredragon avait eu des nouvelles du Conflans et le vent soufflait désormais noir bien que des attaques ai de nouveau eu lieu sur les terres neutre ou noir. Elmo Tully avait quitter Vivesaigue avec les armées, et cela m'avait arrachée un sourire satisfait car l'honneur avait visiblement encore une place dans ce monde. La nuit tombait alors paisiblement, et profita de ma dernière nuit aux cotés de ma petite sœur qui partirait le lendemain...

Le lendemain... Alors que Lucerys était partie durant la nuit pour Accalmie, Peyredragon avait eu le droit a une nuit fortement mouvementé qui avait failli coûter la vie a toute la famille royale si Jorvis n'était pas intervenu. Le lendemain c'était levée sur une atmosphère lourde et marquée par la mort d'Erryk Cargyll. Son frère jumeau avait été envoyé SANS aucun doute par le serpent qui usurpait le trône, pour tué Rhaenyra et ses enfants. Je n'avais rien dit, car il n'y avait pas de mot pour définir cet acte de lâcheté et m'était contenté de prier pour Erryck Cargyll, mort au combat contre son frère, tué par Jorvis. Daemon Targaryen avait gratifié sa reconnaissance éternelle envers le hero de cette nuit, tandis que j'étais silencieuse alors que je pouvais que ressentir la même chose, car je n'oseais même pas imaginer si il était arrivé quoi que ce soit à mes petits frères, Rhaena, Baela ou encore Jacaerys. J'en frisonne encore juste en l'écrivant.

La matinée était bien entamée quand la maisonnée Noirfer faisait ces au-revoir. C'était le cœur serré que j’étreignais une dernière fois Hyldia, avant que l'on ne découvre que Jelanys n'était toujours pas présente... Cette ferné ne perdait définitivement rien pour attendre puisque l'on ne perdit pas de temps pour découvrir que la charmante damoiselle avait été envoyé en mission par Daemon avec son frère pour rallier Dalton à la cause des Noirs. S'en était suivit un dialogue houleux entre Merlon et le roi Dragon qui m'aurait fait rire dans d'autre circonstance. Un soupire, et une heure plus tard, les voiles Noirfer était loin dans le paysage. La vie de Peyredragon reprenait son cours, et les dieux seuls savaient o combien la forteresse des dragons et sa vie m'avait manquée.

A écouter en même temps:
 
Et puis, il arriva le 18e jour de la 3e lune, alors que la veille encore, on souriait, de nouveau, l'Etranger frappa a notre porte. Aucun son n'était sortit de ma bouche alors que Rhaena s'était effondrée au sol, pleurant toutes les larmes de son corps, tandis que Baela avait hurlé toute sa rage et sa haine envers ce foutu Un-Oeil. Sans que je m'en rende compte, les larmes avaient coulé sur mon visage alors que je tombais au sol pour prendre dans mes bras et réconforter la jeune dragonne de Pentos qui venait de perdre son amour et son fiancé, si jeune et déjà brisée. Ils le payeraient, tous les verts, ces vauriens de partisans d'Aegon le payeraient, et si il me l'était donné, je promis a ma douce Rhaena que je lui apporterais le cœur d'Aemond sur un plateau d'or. Je le haissais, plus qu'il m'était donné, je le haïssais autant que je pleurais la mort de celui qui avait été comme un frère pour moi. Lucerys, son sourire, son rire, son caractère si jovial qu'il pouvait apaiser n'importe quelle situation. Tout cela, tout cet etre, tout était terminé, plus jamais il ne rentrerait, plus jamais il n'y aurait ces étreinte douce et réconfortante dans lesquels j'aimais me réfugier dans mes moments de doute. Mes bras c'était resserré plus forts sur Rhaena tandis coulaient, coulaient nos larmes sur nos joues... Quand Baela fut plus calme, je sécha mes larmes pour la laisser a prendre soin de sa jumelle et quitta cette chambre pour en rejoindre une autre, au milieu de la nuit car dans aucune autre je voulais être pour pleurer la perte de ce soleil de la maison Velaryon et Targaryen. Nous n'avions échangé presque aucun mots, profitant simplement de la présence de l'autre pour panser ce cœur blesser qui saignait dans notre poitrine. Silencieusement, Jacaerys s'était même laissé à pleuré, sans doute avait il pensé que je m'étais endormie...

Toute la lumière et la joie de Peyredragon avait disparu et même le peuple portait le deuil de la mort de leur jeune prince. Personne n'était d'humeur a la fête et pourtant il fallait continuer a vivre, avancer, sourire, se battre, pour Lucerys mais aussi pour Westeros. Par leur actes, Aegon avait prouvé que le parti Vert n'avait aucun honneur, aucune foi, ni aucune loi. Le meurtre de Lucerys n'allait pas rester impuni, et d'un certain sens, cela donna a tous, cet élan de combativité qui signifiait que jamais nous abandonnerions. Oeil pour Oeil, fils pour fils comme l'avait affirmé Daemon, les Verts allaient tant s'en mordre les doigts, qu'avec un peu de chance en plus d'avoir perdu un œil, Aemond perdrait ces deux mains.
Trois jours après la mort de Lucerys, Daemon me donnait des nouvelles du Conflans et me demandait mon avis sur la démarche a suivre. Je n'avais pu m'empecher de réprimé un sourire, heureuse que mon avis ai de la valeur aux yeux de mon père. Cependant je n'avais pu m'empecher de m'inquieter pour ma famille Noirfer. En effet, Daemon m'avait appris que les Bracken marchait vers nos les Nerbosc qui était nos alliés. Il comptait agir en personne, alors je m'étais contentée d'hocher la tête, presque rassurée. Puis il avait abordé le fait d'essayer d'apprivoiser un dragon... J'avais légrement souris, affirmant vouloir remettre cela a plus tard, alors qu'il n'en était rien.
A peine fis je libre, je filais aux cuisines récupérée des restes de viandes et partait dans les plaines aux dragons. J'avais une idée bien précise en tête : essayer de devenir la maîtresse d'Aile d'Argent, la dragonne de la bonne reine Alysanne Targaryen. Cette dragonne m'avait toujours fascinée étant enfant tant elle était belle, gracieuse et douce envers les autres dragons. Cependant, a ma grande déception, il ne se produisit rien de particulier mis a pars l'apparition de Gris-Spectre, ce jeune dragon craintif relativement apprecier des habitants de l'ile. Cette première approche fut interrompu par Jacaerys venu me chercher pour rentrer a la forteresse pour passer la soirée ensemble apres un tour de dragon ensemble.


Les jours suivants furent seulement marqué par le départ de Jacaerys et Daemon dans le conflans. L'inquiétude ne m'avait pas quitté a partir du moment même ou mon doux dragon m'avait annoncé la nouvelle. Il avait beau m'avoir promis de me revenir sains et sauf, je le connaissais trop pour savoir que nous n'avions pas la même notion de ce que pouvais etre « sains et sauf ». J'avais soupiré, lui volant un dernier baiser au milieu de la nuit avant qu'il ne disparaisse sur le dos de Vermax, a la suite de Caraxes.
Nous sommes le 27e jour de la troisième lune a l'heure où je pose ma plume et je suis encore bouleversée mais heureuse par ce qui c'est passée aujourd'hui. J'ai pu touchée Aile d'Argent qui c'est approchée d'elle même vers mot. Je suis sur un nuage, et je n'ai qu'une hate, que demain vienne. Avec un peu de chance Jacaerys sera de retour et peut etre pourrais je aller plus loin avec Aile d'Argent...

_________________
Canine - Mercenaire et sorcière de la Compagnie du Coeur Sombre
Orties - Mercenaire et Herboriste de la Compagnie du Coeur Sombre
Je suis également...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dyvtalnia-academy.forumactif.org/
petale
Soldat du Rang
Soldat du Rang
avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 09/06/2014
Age : 25
Localisation : le mans

MessageSujet: Re: Et que Dansent les Dragons [Partie Trône de Fer]   Ven 12 Aoû 2016 - 11:41

A peine arrivé sur terre que mon frère et moi nous rendons sur les terre familiale. Au château notre père ( Farlen) nous accueille froidement, se qui est une habitude, notre mère (Gyda) elle est plus chaleureuse et il me faut a peine 5 minute pour comprendre que mon petit frère de 12 ans ( Rengar) est un sacré petit con.

Nous ne restons pas bien longtemps au château 1 heure a peine et nous repartons direction Pyk dans un snekkar.

Nous arrivons de nuit a Pyk et la cours du château est illuminé de plusieurs feu, en effet nous arrivons en plein débat très animé . Nous comprenons vite que le sujet du débat tourne autour du parti noirs et vert.

Alannys murmure a l'oreille de son fils que nous venons d'arriver et il nous fait signe de nous approchez.

Pendant que le débat continue mon frère explique a Dalton la raison de notre présence. Dalton fait taire la foule d'un gros silence et nous présente expliquant la raison de notre présence . Mon frère se fait huer tandis que pour ma part j'ai le droit au sifflement et à l'insulte de catin.

Mon frère prend ensuite la parole et expose l'offre du parti noir si les îles de fer si rallie ( pillage viole terre etc...) certains des fer-né semble convaincu tandis que d'autre se rebelles.

Les débats se poursuivent longtemps dans la nuit jusqu’à ce que Dalton décide de clore le débats pour le moment car il est fatigué. il ordonne a tout les seigneurs de rentré chez eux et nous fait signe de le suivre.

Une fois à l’intérieur il dit a mon frère que ce que lui offre le parti noir lui convient cependant avant d'accepter de se rallier au parti il veut qu'il y ai un mariage en fer-né targarien, en entendant cela mon frère pâli et explique qu'il ne peut rien promettre mais en parlera a Daemon des son retour a Peyredragon.

Pour ma part je suis Alannys qui me conduit dans les appartement qui ont été préparé pour moi ou nous en profitons pour avoir une longue conversation sur le droit des femmes, et ou elle me donne le conseil suivant : "patience et fermeté font plus que force et courage"

Des le lendemain matin nous retournons mon frère et moi au château de nos parents ou nous y restons 4 jours  (ou mon petit con de frère me tape bien sur le système) . Puis nous reprenons la mer direction Haute Falaise et la demeure des Noirefer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Talijalan
Présidente du Vice
avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 30/09/2014
Age : 18

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Et que Dansent les Dragons [Partie Trône de Fer]   Dim 14 Aoû 2016 - 14:57

Extrait du Journal de Syraxes Noirfer

Bien que le calme soit revenue sur Peyredragon, je n'ai que peu de temps pour écrire le récits des derniers événements. Il y'a tant de chose a faire, a prévoir, toute la famille royale et l'ile des dragons est occupée pour préparée les joyeuses festivités a venir.

Dompter Aile d'Argent ne fut pas une mince affaire, car bien que je réussisse a la toucher, il me fallut attendre 4 jour de plus, le 3e jour de la 4e lune pour réussir. Le temps d'un instant, je cru que jamais je ne réussirais a la monter, mais, j'étais loin de me laisser abattre et cela porta ces fruits. Je crois que jamais je n’oublierais ce sentiment de puissance alors que je m’élevais dans les airs, bercée par le seul bruit des battements d'ailes de la puissante dragonne d'argent, ma respiration et la sienne. Fermant les yeux pour profiter davantage de ce moment, ce fut un rugissement qui me fit sursauter et ouvrir les yeux. Pres de moi arrivait Daemon et Jacaerys, monter respectivement sur Caraxes et Vermax. Et le soir même, alors que l'on célébrait le retour en hero de notre Roi et notre prince, j'annonçais le fait qu'Aile d'Argent avait désormais une maîtresse.

Ainsi, un autre dragon rejoignait la Danse, et mon temps se partageait entre mon entraînement pour consolider les liens avec celle qui partagerait toute ma vie, et Jacaerys. Quatre autre jours riche en émotions vinrent alimenter mon existence. Entre les matins nauséeux qui devenait trop important a mon goût pour une simple maladie, le 6e jour de la 4e lune, on apprenait la mort de Jaehaerys. Mort pour venger Lucerys, cependant, je n'y trouva aucune joie, si quelqu'un devait payer la mort de Lucerys, c'était Aemond, et non pas un enfant innocent. Je n'avais rien dit, gardant mon amertume pour moi même. Je fus sans doute l'une des rares a ne pas me rejouir de la mort de cet enfant, surtout avec les questions qui embrumaient ma tête a ce moment...
Puis vint le lendemain, le 7e jour de la 4e lune. Une demande en mariage que j'avais rêvé sans grand espoir de la voir un jour aboutir et pourtant, Jacaerys me demandait ma main. Jamais je n'avais été aussi joyeuse et nous n'avions pas perdu de temps pour partir a la recherche de Rhaenyra qui nous donna sa bénédiction.

L'officialisation n'eut cependant lieu que le 12e jour de la 4e lune, après que Jacaerys se soit prit une  mandale  de la pars de Daemon, tellement mémorable que j'en demeura silencieuse tant je ne m'y était pas attendu. Le jour même, des corbeaux parcouraient le royaume pour annoncer la nouvelle de nos fiançailles, mais ce n'était pas les seules nouvelles. D'autres nouvelles moins joyeuse accompagnaient nos fiançailles. En effet, nous avions appris la mort du jeune prince Maelor, massacré a Port-l'Amer par la foule alors qu'il fuait pour sa sécurité. La ville avait été rasé par les Vert en représailles et aucun jugement en fut fait car il n'y en avait pas a faire, les Noir avaient totalement désapprouvé l'acte envers d'Maelor, car il y avait pour cette fois, une véritable ignominie.
A l'attention des fer-nés et de Hautefalaise, d'autres corbeaux avaient été envoyés pour demander du renforts contre une potentielle attaque de la Triarchie. Si Daemon n'avait pas prit la menace totalement au sérieux, préoccupé par les affaires du royaume, il n'en avait été rien pour moi. Cependant, dans mon corbeau pour Hautefalaise, un message était plus personnellement destiné a Lord Noirfer, pour demander sa bénédiction quant à mes fiançailles.

Nous sommes aujourd'hui le 16e jour de la 4e lune et les nouvelles tant attendu sont revenue. C'est avec le sourire que j’apprends la bénédiction de celui qui fut un père pour moi bien que nous partageons pas le même sang. Dans le même corbeau, lord Noirfer m'apprend qu'il ne pourra se déplacer car c'est encore le grabuge dans le Conflans et que nous avons perdu des terres. Aucune mention de Merlon et de ma mère ne fut faites, mais j’attends donc un corbeau pour plus tard de ce coté et ne m’inquiète guère, peut être sera t-il la ce soir ?
Du coté des fer-nés, Dalton nous apprend que les raids contre l'Ouest et le Biefs ont commencé et occupe bien les deux régions, cependant, même si il souhaite venir cassé de l'essossien, il ne peut rien promettre pour le moment, mais la maison Harloi et ces vassaux ont eut l'ordre de venir nous aider. C'est avec vitesse que j'ai du abandonné les corbeaux car on m'apprenait l'arrivé de la famille Noirfer et Lady Arryn. Après de joyeuse retrouvailles, mais relativement froide avec Jorvis sans grande surprise, chacun de nos invités furent escorté dans leur appartements.

Et voici que touche a la fin mon dernier moment de répit en ce début d'apres midi, je dois désormais te laisser, cher journal, car les préparatif de mon mariage dans les jours a venir m'attendent tout autant que la menace Triarchie qui plane sur nous.

_________________
Canine - Mercenaire et sorcière de la Compagnie du Coeur Sombre
Orties - Mercenaire et Herboriste de la Compagnie du Coeur Sombre
Je suis également...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dyvtalnia-academy.forumactif.org/
Talijalan
Présidente du Vice
avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 30/09/2014
Age : 18

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Et que Dansent les Dragons [Partie Trône de Fer]   Dim 28 Aoû 2016 - 23:17

Extrait du Journal de Syraxes Velaryon


C'est en ce jour, le 26e jour de la 4e lune que je réalise o combien les derniers mois m'ont complètement changé. J'ai besoin de m'isoler, d'écrire, d'exprimer tous mes sentiments après ces dix derniers jours riches en émotions... Aujourd'hui, je suis si partagée, que je ne sais si je dois être joyeuse ou en colère, ma peine est grande, mais un nouveau jour se lève sur Westeros, le vent souffle pour les Noir et peut être que ce sacrifice n'était pas vain, tout comme tant d'autres. Au moins, je l'espère, n'est-ce donc pas déjà une bonne chose ?

L'arrivée de la maisonnée Noirfer m'avait fait bien plus plaisir que je n'aurais pu l'imaginer, je n'en avais rien dit, mais voir le visage de ma famille alors que j'allais bientôt les quitter pour une autre, me rassurait. Je n'en avais rien dit à Jacaerys car ma fierté m'en empêchait, mais derrière mes airs déterminé, je n'étais rien d'autre qu'une pauvre enfant terrifiée qui embarquait pour un nouvelle vie, comme cela en avait été le cas neuf ans plus tot. J'avais cru naïvement qu'épouser Jacaerys serait une véritable libération de mes devoirs envers ma famille d'adoption, et pourtant, plus que jamais, en voyant les Noirfer sur les quais du port, je comprenais mon affection pour eux et qu'ils étaient bien plus que cela. Cependant, il n'y avait plus de marche arrière, et même si personnes ne connaissait mes doutes, leur présence me donnait la force de tout affronter et je n'avais pu peur de l'avenir, car j'étais Syraxes Noirfer, et jamais les Noirfer n'avaient eut peur du lendemain.
Leur présence amenait un véritable souffle de fraîcheur à la cité des dragons qui préparait le mariage, cependant ce ne fut pas l'avis de tout le monde, encore moins celui de Rhaenyra après que Merlon ai cassé le bras de Jacaerys... J'ai presque honte d'avoir eu envie de rire, non surprise de l'issue de ce duel, mais je m'étais contenté de sourire en secouant la tête, Merlon restait Merlon, Jacaerys avait été stupide d'accepter ce duel, mais il l'aurait été encore plus en le refusant. De plus, ce n'était qu'un bras cassé, et bien que cela allât handicaper pour le mariage, s'il voulait un jour combattre sur un champ de bataille, cela ne pouvait que l'endurcir.

Ainsi, la vie continua, le stress montant un peu plus a chaque jour me rapprochant du Jour-J. J'avais pu passer du temps avec Hyldia et Jelanys qui n'avait de cesse de me surprendre depuis nos retrouvailles. Sans doute étais ce les derniers instants que nous pourrions passer toutes les trois ainsi, dans ce petit cocon que j'avais longtemps ignoré, et que désormais, j'allais regretter. Mais ce n'est pas pour autant que je m’apitoyai sur mon sort, je me contentai d’apprécier le moment présent en finissant la couture de ma robe de mariage tout en riant de bon cœur avec Hyldia et Jelanys. Malgré tous les efforts que pouvaient faire la fer-né, elle était bien loin d'être une lady, mais elle était de bonne compagnie.
Cependant, très vite l'effervescence de la ville fut mise à mal par les nouvelles venant des terres de la couronne. Ces maudites vipères attaquait désormais les maisons Noir pour affirmer leur légitimité, quelle belle preuve encore qu'il n'en était rien, qu'ils agissaient seulement avec la loi du plus fort pour le moment, car ils savaient fort bien qu'ils n'avaient aucune légitimité. Un soupir était passé entre mes lèvres, attristé par la nouvelle, je n'avais rien dit, laissant Daemon et Rhaenyra s'occuper du problème tandis que nous devions passer outre et finir les préparatifs.

Enfin arriva le 21e jour de la 4e lune. Le doux soleil d'été qui touchait à sa fin réchauffait la cité des dragons, alors que je n'avais jamais été aussi stressée de ma vie. Pourtant, je ne pouvais enlever le sourire qui trônait sur mon visage, déjeunant une dernière fois en tant que Syraxes Noirfer, entouré de Jelanys et Hyldia mais aussi de Rhaena et Baela. Rhaena... Mon cœur s'était serré en voyant la tristesse qu'elle cachait derrière son masque de glace, je connaissais que trop bien la fille de Daemon Targaryen pour savoir ce qu'elle pensait et ressentait. La mort de Lucerys était encore fraiche et je vivais ce dont elle était maintenant privée. J'aurais tant voulu la serrer dans mes bras en lui jurant une nouvelle fois qu'Aemond payerait pour tous ces malheurs, mais je n'en fis rien, car aujourd'hui, j'étais celle qui la détruisais avec le bonheur que jamais elle ne pourrait partager avec celui qu'elle aimait...
Il était environs onze heures quand les cloches de la ville retentir. Parée du manteau de la maison Noirfer, c'était au bras de Merlon Sand que j'avancais vers le Septon de Peyredragon. Quand j'avais appris que Lord Noirfer n'avait pu se déplacer, Merlon s'était imposé comme un choix tout à fait naturel pour moi. Il avait veillé sur moi pendant si longtemps que pour rien au monde j'aurais souhaité quelqu'un d'autre a sa place, et puis je lui devais bien cela, car je n'étais pas du sang du dragon pour rien. Je ne compte plus le nombre de fois où la peste que j'étais a pu le rendre fou malgré toute l'affection que je portais a ce dornien au sourire qui faisait frémir bien plus d'une personne. Ainsi habillée d'une robe faite de rouge et de blanc, ornée de dorure et d'obsidienne, j'abandonnais le dornien habillé d'une armure d’écailles noirci à la forge qui le rendait encore plus impressionnant, pour le bras de mon époux.
Jamais mon regard ne se détacha de celui de Jacaerys, qui malgré son attelle, gardait sa prestance et sa beauté. Mon souffle se coupa quand je sentis le manteau de la maison Noirfer glisser de mes épaules avant qu'il ne reprenne en même temps que les cloches qui retentissaient et que le manteau de la maison Velaryon vienne parer mes épaules. Le bonheur que j'avais ressenti a ce moment là, n'avait pas d'égale et n'en aurait sans doute jamais. Malgré la peur, pour rien au monde, je voulais faire marche arrière. 

Les festivités battaient son plein quand les cloches de ville retentir une nouvelle fois. Un silence s'était abattu dans la grande salle, car tous savaient que cela n'était pas normal, puis la nouvelle tomba : les Trois-Soeurs s'approchaient de Peyredragon. Après avoir été silencieuse pendant bien trop longtemps, la Triarchie avait profité sans trop grande surprise du mariage pour avancer. Alors que plus tôt dans la matinée Steffon Sombrelyn était partit accompagné de Boros, des hommes et des navires a Sombreval qui était la prochaine cible des Verts après les Rosby et les Castelfoyer. Les réactions furent rapides, sans attendre Jorvis, Merlon et Jelanys partirent pour prendre le commandement de nos navires contre la Triarchie tandis que Corlys faisait de même avec sa flotte. Mon cœur s'était arrêté quand Jacaerys s'était lever de table, et avant même que je puisse l'obliger à se rasseoir, ce fut Rhaenyra et Daemon qui firent entendre raison au jeune dragon. Il était hors de question qu'il parte avec un bras blessé, comment pouvait-il contrôler Vermax ?

Pendant 4h, nous attendiment des nouvelles de nos armées. Des observateurs équipé de longue-vue essayaient de voir tant bien que mal ce qu'il se passait, mais nous pouvions qu'attendre le retour de nos navires. Navires qui ne tardèrent pas a rentré et qui avait bien diminué en nombre du côté de la flotte des Velaryon. Cependant si nos flottes s'étaient repliées en faisant bien des dégâts aux ennemis, nous savions tous bien qu'ils allaient revenir, car ils étaient toujours en surnombre. 
Tandis que Daemon partait en repérage, Rhaenys partait de son côté avertir les fer-nés qui approchais de presser l'allure pour nous rejoindre. Pendant ce temps, Jacaerys et moi-même nous nous occupions de mettre en place les défenses de la forteresse. La stratégie de cette dernière partie de la bataille était simple : tenir le plus longtemps possible jusqu'à l'arrivée des fer-nés ou bien laisser les dragons finir le travail. Tous avaient eut l'ordre de se replier au moindre signe de défaveur ou de fatigue, car les pertes étaient déjà nombreuses, et dans le pire des cas, les balistes de la forteresse attendraient les ennemis.
Heureusement, alors que nos navires commençaient à battre en retraite après avoir vaillamment combattu l'ennemi et leur avoir envoyé de joyeux cadeau au bout de baliste sur l'idée de Merlon, les fer-nés firent leur apparition derrière l'ennemi pour les détruire. La victoire était écrasante, et pendant des heures la baie flamba. Je me souviens des cris de joie des soldats sur les remparts. J'étais si fière d'avoir pu participer a cela malgré les nombreuses pertes que nous avions connus, mais je sais maintenant de par les lèvres de Daenys que cela aurait pu être bien pire...

Les festivités reprirent, et c'est sans surprise que je levai mon verre a notre victoire malgré nos pertes et que jamais ne seront oubliés ceux qui ont combattu sans peur la Triarchie. Tous avaient suivi mon verre avec joie bien que la tristesse se lisait sur le visage de certain, en particulier celui de Corlys Velaryon dont la flotte était presque entièrement décimée... L'alcool coulait à flot et la bonne musique aidait à rendre l'atmosphère très agréable malgré le fait que beaucoup étaient dans des états bien tristes, mais cela me fait autant rire aujourd'hui en y repensant. J'admets que jamais je n'avais imaginé que mon mariage se déroule ainsi, mais il était aussi atypique que l'union elle-même. Sachant que la cérémonie du couchée n'allait pas tarder a arrivée, j'avais retirée le collier en forme de dragon que Jelanys m'avais offert, et l'avait confié à une servante avec la robe qu'Hyldia avait faite pour qu'elle puisse les mettre en sécurité. J'aurais voulu en faire autant avec le bracelet d'argent et de rubis de Merlon, mais je n'eus guère le temps, car Jorvis me soulevait accompagné de l'assistance masculine pour la cérémonie.
Tout était passé si vite, mais malgré l'alcool, je n'avais pu m’empêcher d’être mal à l'aise devant le regard de tous ces gens. Ce n'était certainement pas la partie la plus agréable du mariage, mais tout se dissipa quand je fus de nouveau dans les bras de mon aimé, bien que je dus m’empêcher de rire de sa maladresse qu'engendrait son bras en attelle. Sous les yeux des dieux et de l'assembler, le mariage se scella officiellement par la consommation de ce dernier. 

Après une douce matinée dans mes nouveaux appartements aux côtés de Jacaerys, nous avions dû nous lever pour dire au revoir a certains de nos invités. Cependant, rapidement une nouvelle se rependit dans toute la forteresse : Daenys avait eu une vision des plus perturbante. Un bras solaire qui écrasait Sombrelyn. L'inquiétude m'avais envahit en sachant que Boros été parti pour accompagner Steffon, car ce fameux bras ne pouvait qu'être celui d'Aegon selon beaucoup. Tant bien que mal, j'avais calmé ma peur en sachant fort bien que si quelqu'un savait survivre a tout, c'était bien Boros.
Profitant du temps libre qu'il me restait, j'étais allé rendre visite à Merlon pour parler avec lui. En effet, lors de la remise de son cadeau, j'avais découvert quelque chose d'étrange dans l'écrin, le blason gravé des Dayne. Westeros commerçait très peu avec Dorne donc comment un tel écrin avait pu rentrer dans la possession de Merlon, pour moi, il n'y avait aucun doute qu'il connaissait la réponse et que ce n'était pas une simple coïncidence. La réponse fut simple et me laissa sans voix. Merlon Dayne, ni plus ni moins, a travers ce cadeau, il m'avait aussi révéler ces origines qui n'était pas des moindres, car tous connaissais les Dayne des Meteores. Qu'elle fierté d'avoir été pendant aussi longtemps sous sa protection, d'avoir été en partie formée par cet homme qui occupait une place particulière dans mon cœur de petite fille et d'adulte désormais. S'il était fier de ce que j'étais devenue, il n'avait pas idée o combien je pouvais être fière d'avoir reçu son éducation, sa protection et ces mandales derrière la tête quand je ne filais pas droit. Pour moi, il ne pouvait y avoir meilleur Épée du Matin que lui, et je lui souhaitais de le devenir, car il le méritait plus que n'importe qui. Quand je réalisai que sa mission auprès de moi était désormais terminée, une larme avait sans aucun doute coulé le long de ma joue, mais je savais que je pourrais toujours le revoir, car il serait toujours le bienvenu à Peyredragon, tout comme Hautefalaise restait ma terre d'enfance et que je pourrais toujours le voir là bas quand je reviendrais. Tout ce qu'il m'avait raconté demeurerait un secret et je lui promis de ne jamais rien révéler. 

Ce fut seulement deux jours plus tard, dans la nuit du 24e jour de la 4e lune que Boros rentra a Peyredragon. Sale, visiblement épuisé, il était le seul survivant de l'expédition mener par Steffon Sombrelyn à Sombreval où les forces de Criston Cole leur avait tendu un piège. Dans sa fuite, il avait pu toucher Aegon monté sur Feu-du-Soleyl, ce qui était un exploit qui nous avait laissé bouche-bée. Même en plein vol, l'Usurpateur la flèche de Boros avait faire bien des dégâts dans ce pauvre corps de vipère. On pouvait dire que cette journée avait été riche en émotion puis ce qu'a la grande surprise de beaucoup de monde, Jorvis Noirfer annonça ces fiançailles avec Jeyne Arryn. Visiblement, Boros ne fut nullement surpris quand on lui annonça, et je me demandai alors si j'étais la seule a n'avoir rien remarqué. Ce fut sur une nouvelle grandement heureuse que j'abandonnai ma famille pour rejoindre mes appartements et annoncer cela a Jacaerys.

Nous sommes aujourd'hui le 26e jour de la 4e lune et l'Étranger est de nouveau venu frapper à notre porte. Rhaenys Velaryon, la Reine qui ne fut jamais était morte au combat contre Aemond et Aegon au repos des Freux. Il n'y avait aucun doute qu'elle était morte vaillamment, redoutable guerrière et dragonnière, jamais elle n'avait eu peur de quoi que ce soit et elle était partie seule alors qu'elle devait sans aucun doute savoir que la mort l'attendait sans doute. Mon cœur saigne de sa disparition, mais il est soulagé de savoir que sa mort n'a pas été vaine, car on murmure qu'Aegon a disparu depuis la bataille. Serait-il mort ? Je ne le sais guère, mais avant le départ des Noirfer et Jeyne Arryn, nous avons envoyé des corbeaux à tous les seigneurs pour leur apprendre la mort de l'Usurpateur, tombé au combat devant la vaillante Rhaenys Velaryon, née Targaryen, montée sur la Reine Rouge. 

Les voiles des navires Noirfer ont maintenant disparu de l'horizon, et je regrette déjà leur départ bien que je ne aille guère avoir le temps de m'amuser et que bien tôt, Rhaenyra pourra monter sur le trône. Je ne sais de quoi sera fait demain, mais je n'ai pas peur, et je ne peux qu’espérer le meilleur pour les Noir, les Noirfer, et mon enfant à venir, car il n'y a plus de doute aujourd'hui.

_________________
Canine - Mercenaire et sorcière de la Compagnie du Coeur Sombre
Orties - Mercenaire et Herboriste de la Compagnie du Coeur Sombre
Je suis également...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dyvtalnia-academy.forumactif.org/
Talijalan
Présidente du Vice
avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 30/09/2014
Age : 18

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Et que Dansent les Dragons [Partie Trône de Fer]   Mar 13 Sep 2016 - 20:43

Extrait du Journal de Syraxes Velaryon.


J'ai du mal a croire que nous avons vécu trois mois de calme et pourtant, la dernière fois que je me suis réellement confiée a toi, mon chere journal, nous étions le 26e jour de la 4e lune.
Aujourd'hui, nous sommes le 26e jour de la 7e lune, et je viens de faire mon premier acte en tant que princesse de Peyredragon : négocier un mariage pour Hyldia. Si tout d'abord j’espérais une simple union d'amour pour ma petite sœur, elle s'était vite transformer en outil politique qui pourrais accélérer la guerre qui s'enlisait. Si Rhaenyra accepte les négociation que j'ai mené avec Cregan Stark, les loups du Nord interviendrons plus vite dans la guerre, mais ils souffrirons davantage de l'hiver, alors nous devrons leur offrir des vivres. Il n'y avait que du bon dans ces négociations selon moi et il me tarde désormais d'en parler a Rhaenyra.


Si j'ai pu ainsi parler d'un mariage pour Hyldia, c'est parce que j'ai assisté au mariage de mon frère, Jorvis. Sous les yeux des dieux, Jorvis était devenu Jorvis Arryn, ce qui avait déranger plus d'un que je n'avais pas hésité a remettre a leur place. La jalousie et le mépris se lisait dans tant de regard, nombreux était ceux qui revait d'etre a la place de Jorvis, il n'y avait aucun doute. Nombreux était ceux qui aurait voulu épouser Jeyne pour simplement museler une femme qui les gouvernait. Ce mariage fut l'occasion de remettre en place certaine fierté masculine mal placée, car en effet, lors des melées, quelqu'un d'autre c'est illustré : Jelanys.
Elle n'était définitivement pas faite pour les robes et la broderie, et avec un entraînement adéquat, il est certain qu'elle ferait une grande combattante. C'était anonymement qu'elle avait botter le cul a plus d'un homme, et percher sur les épaules de Merlon a la fin de la dernière melée, tandis que son casque lui était retirer, je n'avais pu m’empêcher d’applaudir davantage en acclamant son nom comme de nombreuse femmes après moi. Si après ça elle ne peut être reconnu des fer-nés, alors elle n'a rien a faire avec ce peuple.


Une longue semaine de festivités forte agréable et riche en émotion, notamment lorsque Cregan Stark c'était dévoilé a la fin des mêlées. Il n'avait certes pas gagné, mais par tous les dieux, tous le monde avait retenu son souffle dans son combat face a Merlon. Merlon qui avait porté haut une nouvelle fois mes couleurs et dont j'avais finalement soufflé a Jacaerys, la possibilité de le nommé Garde Royal.


La route vers Peyredragon va être longue et je pense que je dois t'abandonner cher journal, les bras de mon époux me réclame tout comme les jours a venir qui officialiseront sans doute un nouveau mariage... Tant de chose a venir, et je me demande si nous ne sommes pas a un tournant de la guerre contre les Verts désormais.

_________________
Canine - Mercenaire et sorcière de la Compagnie du Coeur Sombre
Orties - Mercenaire et Herboriste de la Compagnie du Coeur Sombre
Je suis également...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dyvtalnia-academy.forumactif.org/
Talijalan
Présidente du Vice
avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 30/09/2014
Age : 18

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Et que Dansent les Dragons [Partie Trône de Fer]   Dim 25 Sep 2016 - 16:30

Extrait du Journal de Syraxes Velaryon

C'est avec le sang de cette catin du Bief que je devrais écrire ces lignes, le résumé de ces derniers temps, cependant, cela lui serait un bien trop grand honneur. Que son corps pourrisse dans sa cellule et que le sol se teinte de son sang, cette vipère ne mérite rien de mieux que cette triste fin... Malgré tout, ma main tremble quand j'écris ces mots, elle n'avait trembler quand mon arakh avait séparé la tête de la biefoise du reste de son corps, et elle n'avait pas non plus trembler lorsque j'ai déposé la tête de la traîtresse au pied de Rhaenyra. Comment en suis-je arrivée la ? A écrire ces mots depuis mes appartements a Port-Réal, mon regard pouvant quitter le papier pour jeter un œil sur la Nera, il y'a 7 mois de cela je ne l'imaginais guère.

Il y'a 7 mois de cela, j'achevais les négociations avec Rhaenyra pour le mariage d'Hyldia. Ce mariage n'était pas des moindres et ma parole seule ne pouvait suffire pour offrir l'union que souhaitait ma sœur, Rhaenyra avait son mot a dire autant que Lord Noirfer. Par une simple amourette d'adolescent, les Noir gagnaient une arme redoutable pour la guerre : l'intervention précoce des armées du Nord.
A ma plus grande satisfaction, Westeros ne tarda guère a apprendre la nouvelle des fiançailles d'Hyldia Noirfer et de Rickon Stark. La cérémonie était prévue pour le 20e jour de la 9e lune ce qui ne pouvait que tous nous réjouir d'un mariage si rapide. Ce ne fut pas le seul événement qui marqua ma vie lorsque j'appris les fiançailles de ma jeune sœur. En effet, le même jour, je voyais mon bouclier lige partir pour Port-Réal avec la mission de dompter le dragon qui était destiné a Jaehaerys. Moins les Verts auraient de dragons a Port-Réal, plus la prise de la ville allait etre aisée. Tel était le début de mon plan dont Laurent était le seul au courant.

Après plus de six mois passée loin de Haute Falaise, ce fut en compagnie de Jacaerys et de Vermax que je fis mon retour a la maison ancestrale des Noirfer au début de la 9e lune. « A peine partis, voilà que d'autres arrivaient ! » avait lancé Arthur Noifer en nous voyant arriver dans la cour de la demeure. Si cette phrase d’accueil m'avait tout d'abord déplus, ce fut avec un étonnement qui aujourd'hui persiste encore, que l'on m'appris que des dorniens avaient séjourné a Haute-Falaise. Ce n'était d'autant plus pas n'importe quels dorniens puis ce que c'était des Dayne qui était venu : Le frère ainé de Merlon, l'épouse de ce dernier, et sa petite sœur. Je n'ai jamais réellement sut ce qui s'était passé, mais cela avait du sans aucun doute chambouler le dornien avec qui j'avais en partit grandit car il semblait contenir difficilement ces émotions en face de moi. J'avais légèrement ris, avant de retrouver ma mère, que je n'avais pas vu depuis bien trop longtemps... 
Puis vint le jour du mariage d'Hyldia. Elle était si belle ce jour la, dans le bois sacré de Winterfell. J'ai encore aujourd'hui du mal a me dire que ma petite sœur est maintenant loin de Nord, mariée et futur Dame de Winterfell. Cependant, je ne doute pas une seconde de son bonheur, et je ne peux que  souhaiter que cela continue pour elle bien qu'elle va énormément me manquer désormais...

Tandis que Jacaerys et moi même rentions a Peyredragon, une nouvelles fois les Noirfer se séparait pour rejoindre les quatre coin de Westeros. Boros rentrait a Haute-Falaise, Jorvis aux Eriés et Merlon était partit pour Dorne. Son père était très malade d'après ce qu'il m'avait dit et selon ce qu'il trouverait la bas, cela aurait un impact sur la proposition que je lui avais faite : devenir Garde-Royale. Dans d'autres circonstances et pour une autre personne, j'aurais tout simplement rayer son nom de la liste des candidats pour le poste mais Merlon demeurait Merlon, et il était loin d'etre simplement une personne a mes yeux. Je lui avais souhaiter bon courage en priant les Sept pour que cela se déroule bien pour lui une fois de retour aux Météores.

Trois mois passèrent, tranquillement, le Nord achevait ces moissons et commençait a lever l'ost tandis qu'a Peyrdragon, j'arrivais sur la fin de ma grossesse. Depuis le dépars de Laurent, je n'avais eu aucune nouvelle de lui, pas plus que Daenys, qui n'avait même pas eu la moindre prémonition. Je craignais pour sa vie, dans le meilleur des cas, il était mort brûlé par les flemmes d'un dragon, dans le pire, les Verts l'avaient capturé, torturé puis tué. Les temps étaient incertains, et ce fut dans ce contexte que naquirent Lucerys et Maerlon Velaryon. J'avais tellement crains ce moment, tant de femmes perdait la vie en couche, tant d'enfants mourrait avant même de voir le lendemain, j'avais eu si peur... et pourtant, tout c'était très bien passé. La joie que j'avais ressentis lorsque l'on m'avait remis les deux petites têtes brune, n'avait pas d'égal. Ils étaient si petit, si fragile, et pourtant, il n'y avait aucun doute qu'ils deviendrait aussi fort que leur père et que leur grand père. Les prénoms que j'avais choisi m'était venu comme une évidence, et pour rien au monde je n'en aurais choisis d'autres. Lucerys comme hommage a notre frère mort durant la danse, et Maerlon pour Merlon qui me supporte depuis l'age de 9 ans et sans qui, je serais sans aucun doute une autre personne. Je ris en écrivant, car je ne compte les mandales derrière la tête que j'ai pu prendre quand cela s'imposait, quand je pestais car on ne me respectait pas a ma juste valeur, mais également le ne compte plus le nombre de fois ou je suis persuadée qu'il était fier de moi sans me le dire.
Jacaerys ne s'était pas opposé a mes choix, il avait même plus qu'approuver l'hommage que je rendais a son frère. Les jours qui avaient suivit étaient rayonnant, Jace était comme parmi les dieux, jamais je ne l'avais vu ainsi, il était tout ce qu'il y avait de plus adorable. Aussi affectueux que protecteur, il avait veiller lui même a placer les œufs de dragons des garçons dans leur berceau. Maerlon avait hérité de Point-du-jour, un œuf orangé, parsemer de reflet bleu et rouge qui avait appartenu a Rhaena. En effet, la douce dragonne de Pentos avait donner cet œuf a son filleul car elle avait réussi a dompter Gris-Spectre, le petit dragon craintif qui m'avait longuement tourné autour quand j'avais dompté Aile d'Argent. Lucerys quand a lui avait herité d'un œuf bleuté aux reflets d'argents, issus des œufs restant de Peyredragon. Bientôt, les Targaryen accueilleraient sans aucun doute deux nouveaux dragons...

Vint le début de l'année 130... Les fer-nés étaient resté visiblement bien trop longtemps occupé au sac de Vieilleville car la nouvelle se rependit assez vite : l'Ouest, sous la bannière de Jason Lannister levait de nouveaux une armée pour venir combattre le conflans majoritairement Vert. Les corbeaux avait repris leur envole pour avertir le nord et les fer-nés, et de ces corbeaux, Hyldia m'informa que 2 000 Loups de l'Hiver allaient partir pour le Conflans tandis qu'elle, elle portait le première enfant de son époux. Les fer-nés demeurèrent silencieux et il nous fallut attendre la deuxième lune de cette année pour savoir ce qu'ils faisaient.
A la fin de la deuxième lune, l'armée d'Elmo Tully, battait en retraite après de lourde perte. Bien que  la bataille avait été marquée par la mort de Jason Lannister, l'armée du Conflans était presque décimer et le sud des terres sous le contrôle des Verts qui remontait vers Vivesaigue. Cependant, pendant ce temps, l'Ouest était sans puissance et les fer-nés en profitèrent pour piller sans merci Port-Lannis et d'autres villes. Les corbeaux faisaient également mention d'une Volmark qui aidait beaucoup pour apporter la victoire...

Pour vaincre une bonne fois pour toutes les Verts dans le Conflans, Daemon avait décider de partir rejoindre les armées avec Addam, Caraxes et Fumée des Mers. C'était au cours de la troisième lune que les forces du Val et du Nord roulèrent sur les armées ennemis, ne laissant aucun survivant outre Simon Fort. Les Verts avaient le choix entre mourir noyer et mourir de l'épée des Noirs... Nombreux furent ceux qui se jetèrent dans l'Oeildieu. Harrenhal était perdu pour les Verts et du cotés de Noir, Mysaria, une espionne de Daemon a Port-Réal nous informa par corbeau qu'Aemond avait quitté la capitale avec les armées pour reprendre la forteresse maudite. Tout ce déroulait comme prévue d'après Rhaenyra qui était pour la première fois vraiment enjouée depuis bien des mois. Elle avait tout prévu avec Daemon : Sans armée, les Noirs pourraient prendre Port-Réal sans craindre les flammes de Vhagar. Merlon qui était rentrée de Dorne peut avant le dépars de Daemon allait pouvoir prendre pars au plans et tandis qu'il partait avec Rhaenyra et Jacaerys pour Port-Réal avec les armées, moi j'avais pour mission de me rendre dans le conflans pour informer Daemon.
Outre l'humeur des plus désagréable du vieux dragon en me voyant arriver, il changea bien vite de discours quand il comprit la raison de ma présence. Ne perdant pas un seul instant, ce fut a la nuit tombée que nous sommes arriver a la Capitale que nous avons prise sans aucune difficulté. Les manteaux d'Or étaient resté dévoué a Daemon et nous avaient ouvert les Portes sans faire opposition. Les quelques opposant a notre arrivés avaient été arrêter et placer dans les prisons tout comme le conseil restreint, Alicent et Helaena. Aegon et Jaehaera était les seuls absents lors de cette capture. C'était loin d'etre une surprise pour moi, même Feu-du-Soleyl n'était pas dans la Fossedragons. Sans doute est il mort...

A ecouter en même temps:
 

Puis il est venu ce moment où l'on m'a laisser seul, Daemon et Merlon était partis interroger les prisonniers, Jacaerys et Corlys ainsi que d'autres étaient partis pour securiser la ville et principalement le Donjon Rouge, Rhaenyra quand a elle, reprenait doucement la place qui était sienne.  Mon sang bougonnait dans mes veines alors que je repensais a Viserys, Visenya,  Lucerys et tout ceux qui était mort lors de cette stupide guerre. Tous ces morts, causé par une seule et unique personne :Alicent Hightower, cette maudite vipère du Bief. Je n'ai pas pu me retenir, c'était plus fort que moi. Elle devait payer pour ces crimes.
Je suis descendu dans les geole pour lui rendre visite. Elle essayait de garder de sa superbe, mais elle n'était que plus pathétique. Je me suis retenue de rire la voyant ainsi, sans avoir peur de son frêle corps de poupée en porcelaine, je suis entrée dans sa cellule, dague et arakh a la ceinture. Sa première erreur fut de me traiter de batarde. Ma réaction fut immédiate, mon poing rencontra son minois de reine déchu. Depuis le temps que je revais de faire cela, c'était presque libérateur. Puis un rire était passé entre mes lèvres quand sa main avait rencontré ma joue. Qu'avait elle essayer de faire ? C'était pitoyable, je n'avais pu m’empêcher de lui rire au nez tant elle semblait croire dure comme fer qu'elle allait sortir d'ici. Elle me faisait même la promesse que lorsqu'elle sortirait de ce lieu, je ne connaîtrais même pas le même sort, qu'elle ne m'en laisserait certainement pas le temps. Batarde. Mon rire avait fini par disparaître au fil de ces propos, laissant la rage bouillir en moi. Fille d'Usurpateur, batarde du conflans, épouse d'un bâtard, mère de bâtards. Ma dague fut la première a lui répondre en se longeant violemment dans son ventre. Elle aurait pu continuer a m'insulter pendant des heures, j'aurais continuer a rire. Cependant, en aucun cas elle n'avait le droit de souiller ainsi Jacaerys et mes enfants. Jamais, jamais quelqu'un aurait le droit de le faire tant que mon cœur battrait. Dans un dernier élan de rage, mon arakh détacha la tête du corps de la vipère.

Je pense que le visage blême et effrayer des soldats qui m'ont escorter jusqu'à Rhaenyra resterons marquer longtemps dans mon esprit, mais le visage blême de Jacaerys lui... il resterait sans doute toujours. Les vêtements ensanglantés, genoux a terre, j'avais offert a ma reine a la tête de la traîtresse responsable de tant de morts. Je ne sais pas vraiment ce qui c'était passé dans la tête de Rhaenyra a ce moment, mais je pense que le fait que je me sois charger d'éliminer Alicent sans qu'elle en donne l'ordre l'avait soulagée. Quand tout les gardes avaient quitter la salle et qu'il ne restait plus que Daemon, Rhaenyra, Merlon, moi même et Jacaerys, notre reine se permis de shooter sans la moindre once de compassion dans la tête de la vipère.


Nous sommes désormais la nuit du 24e jour de la 3e lune et mes mains sont rouge du sang de la biefoise. Jamais je n'avais pris une vie auparavant, cela ne m'avais jamais fait peur non plus mais bien que Daemon m'ait félicité pour cela, je ne peux oublié le visage de Jacaerys alors que je portais dans les mains la tête d'Alicent. Seule, dans mes nouveaux appartements mes mains trembles, j'aimerais rentrer a Peyredragon car c'est la bas que ce trouve ma maison, mais pour le moment c'est impossible... Je sais que Merlon m'écouterais si je venais le voir, mais a l'heure qu'il est, il doit sans doute etre en train de feter son accession au poste de Garde-Royale... La fatigue doit jouer sur mes nerfs mis a rude épreuve mais tous cela touche bientôt à sa fin. Mon sejour a Port-Réal ne sera pas long je l'espère, et d'ici demain Lucerys, Maerlon et tous le reste de la maisonnée sera également a la capitale. J'espère y trouver du réconfort mais en attendant je pense que je devrais aller dormir. La nuit porte conseil et un jour meilleur se lèvera demain matin.

Longue vie à la Reine Rhaenyra, et que long soit son règne.

_________________
Canine - Mercenaire et sorcière de la Compagnie du Coeur Sombre
Orties - Mercenaire et Herboriste de la Compagnie du Coeur Sombre
Je suis également...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dyvtalnia-academy.forumactif.org/
Talijalan
Présidente du Vice
avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 30/09/2014
Age : 18

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Et que Dansent les Dragons [Partie Trône de Fer]   Dim 30 Oct 2016 - 21:30

Extrait du Journal de Syraxes Velaryon


Le jour se lève doucement sur la Capitale des Sept Couronne après une nuit des plus agitée. Qui aurait cru cela ? Certainement pas moi qui n'avais hier, qu'une hâte de retrouver la forteresse ancestrale des dragons. Et pourtant, ce matin, au lieu de voir les murs de mes appartements de Peyredragon, mes yeux se posent sur les pierres de Port-Réal. En cette fraîche matinée annonçant l'hiver, je ne sais comment me sentir, après ce qu'il vient de se passer. Dois-je pleurer ou bien sourire ou me réjouir de cette nuit ? Même en écrivant, mon cœur balance, mais il saigne plus qu'il n'est en joie. Ma maison est aujourd'hui aux mains des traîtres, Aegon est mort, Daenys est toujours à Peyredragon, et cette nuit 3 dragons ainsi qu'Orties sont mort. Je suis fatiguée de cette guerre, et bien qu'elle touche a sa fin, je l'espère, je n'ai qu'une seule envie, éradiquer tous les verts qui refuserons de ployer le genou devant Rhaenyra.

Rhaenyra I Targaryen, Reine des Andales et des Premiers Hommes, Maitresse des Sept Couronnes et Protectrice du Royaume
. Ainsi fut couronnée Rhaenyra le 4e jour de la 3e lune, sous le regard des dieux, l'héritière légitime de Viserys prenait enfin officiellement sa place sur le trône de fer sous les applaudissements et les cris de joie de tous les présents. Comme j'étais heureuse à cet instant présent, tous les sacrifices que nous avions faits, tous ceux que nous avions perdus, enfin, leurs morts portaient leurs fruits. En écrivant ces quelques mots, je repense à Lucerys, comme j'aurais aimé qu'il soit là pour voir Rhaenyra monter sur le trône, et célébrer cela a nos côtés...
Les festivités avaient durés plusieurs jours, même la basse ville avait pu célébrer le couronnement de Rhaenyra grâce a Jorvis et moi-même. À peine arriver a Port-Réal, il avait donné sans compter aux pauvres qui mourraient de faim a cause de la guerre. Bien que je ne lui aie pas dit, cela m'avait fait plaisir qu'il nous aide ainsi, car seule, j'aurais mis bien plus de temps pour offrir une meilleure vie aux pauvres.

Durant les festivités, Port-Réal avait vu la naissance du premier héritier du Val : Jasper Arryn. Le temps d'un instant, on aurait presque pu oublier que nous étions en guerre, car le lendemain de la naissance du petit Arryn, les dragons de Lucerys et Maerlon sortaient de leurs œufs. Feu-d'Opale et Point-du-Jour deux lézards pas plus gros qu'un chat, difficile de croire, qu'un jour, ils ferraient la taille de Caraxes. Tout le monde avait le cœur à la fête, il se murmurait même qu'un tournoi serait peut-être organisé a la capitale, un événement grandiose qui clôturerait sans doute la fin de la terrible guerre qui ravageait notre royaume.

Cependant, toutes bonnes choses semblaient avoir une fin, car quelque jours plus tard, la nouvelle tomba : Daeron levait l'armée du Bief pour marcher vers Port-Réal. Je n'avais pu que soupirer de déception a cette nouvelle, moi qui avais pensé le jeune dragon plus intelligent qu'Aegon et Aemond... Le sang des Hightower était donc pourri jusqu'au bout. Sans surprise, il avait été décidé que nos armées devaient marcher vers le Bief avant que la menace n'arrive à nos portes et que nous ne puissions rien faire. Dans les batailles, nous avions perdu beaucoup d'hommes et laisser une telle armée se réunir pouvait causer notre perte bien qu'Aegon soit toujours porté disparut. Pour compenser notre manque d'homme, deux dragons étaient envoyés au combat : Vermithor et Voleur de Mouton. Le fait que Hugh Marteau soit envoyé ne m'avait guère rassuré, car de toutes les semences de dragons, c'était lui qui était le plus désagréable de tous. Je suis certaine que s'ils pouvaient nous cracher à la figure, il le ferait sans hésiter. Mais Daemon refusa de m'écouter quand je lui fis pars de mes doutes... Ce matin, je pense qu'il s'en mord encore les doigts...

Alors que Jorvis et ça nouvelle servante partaient avec les armées pour le Bief, un tout autre voyage m'attendait avec Jacaerys. Notre destination était Accalmie, avec la défaite prochaine des Verts, l'Orage serait seul, entouré de Noir. Le sang devait cesser de couler et c'est pourquoi, nous rendions visite à Borros Baratheon pour qu'il ploie le genou et nous remette Jaehaera. Je savais bien que c'était beaucoup demandé a une tête de pioche comme le Cerf, mais je m'étais attendu une nouvelle fois à plus de jugeote de la part des partisans Verts. Cependant, il n'en fit rien, et si cela n'avait tenu qu'a moi, j'aurais brûlé cette forteresse comme Harrenhall avait brûlé par le feu de Balerion. Qu'il refuse de ployer le genou était une chose, m'insulter et insulter ma famille en était une autre, Alicent avait payé de sa vie pour cela. Malgré tout, aujourd'hui, je sais que ce comportement ne restera pas impuni et que cette foutu forteresse, Borros Baratheon et ceux qui s’opposeront à Rhaenyra, périrons.

Le 5e jour de la 5e lune, alors que silencieusement et pleine de rage, je rentrerais à Port-Réal en compagnie de mon cher époux, l'armée Noir rentrait également avec la reddition du Bief et l’allégeance des Tyrell. Partout dans la capitale, on ccélébrala victoire de Jorvis Arryn Noirfer, Le Monstre de Guerre, L’audacieux, Tueur de Dragon. Durant la bataille de Chutebourg, l'ancien héritier de la maison Noirfer s'était illustré pour son combat avec Tessarion, la dragonne de Daeron Targaryen qui avait périt avant le début de la bataille. Malgré la mort de tous les loups de l'Hiver, c'était une grande victoire pour les Noirs qui assignait un nouveau coup aux forces vertes presque inexistante désormais. Quelques jours plus tard, une fois remis de ces blessures, Jorvis, Jeyne et leur fils, repartaient pour le Val.

Les dernières batailles mettraient sans doute plusieurs mois avant s'annoncer disait-on, alors hier, Jacaerys avait décidé de rentrer à Peyredragon. Je dois avouer que malgré la rancoeur que je nourrissais toujours a l’égard de Jacaerys qui avait osé lever la main sur moi j'avais hate de rentré. J'avais hâte de retrouver la grande demeure des dragons, retrouver Daenys dont je n'avais pas de nouvelle depuis qu'elle était partie avec Lucerys et Maerlon a Peyredragon, et mes deux garçons. Si on m'avait dit que notre retour aurait été aussi mouvementé, je ne l'aurais jamais cru. À peine avions-nous mis le pied dans la cours que nous savions que quelque chose ne tournait pas rond. Que ce soient les soldats qui étaient anxieux en nous voyant, l'atmosphère pesante qui régnait ou encore le silence, rien ne s'annonçait bien. Le temps d'un instant, en entendant le rugissement de Feu-du-Soleyl, j'avais craint le pire. Je n'avais pas perdu de temps pour remonter sur Aile d'argent et attaquer le dragon monté par l'usurpateur. Je me demande comment la pauvre bête pouvait encore tenir debout après son combat contre Meleys, mais le pire fut sans aucun doute Aegon. Son bras droit était inerte tandis qu'une partie de son armure s'était greffée a son corps. En repensant a cela, je ne peux qu'avoir le cœur soulevé par tant d'horreur.
Le combat fut bref malgré coups relativement bien placer d'Aegon qui sont encore douloureux ce matin. Jene sais réellement comment j'ai pu m'en sortir vivante, mais je ne cherche guère a comprendre. Aegon est mort de ma main après avoir chuté d'Aile d'Argent en m'attaquant. Je crois que jamais je ne pourrais oublier son visage alors que mon épée transperçait son corps de part en pars, ne lui laissant aucune chance de survivre. Dans la précipitation du moment, Jacaerys et moi-même n'avions penser a rien d'autre qu'a Lucerys et Maerlon. Par chance, aucun mal ne leur avait été fait, ni a leurs petits dragons. Sans perdre de temps, car le raffut allait sans aucun doute faire venir d'autres gardes, nous avions mis les voiles pour Port-Réal...

Si la tête d'Aegon orne désormais les rempars avec celle d'Alicent, je ne peux m'empecher de penser a Daenys que j'ai laissé a Peyredragon. Je prie les Sept pour que rien ne lui soit arrivée et qu'elle soit juste prisonnière, car si il lui arrive quelque chose, je crois que je ne m'en remettrais pas... Malgré toute la douceur et le réconfort de Jacaerys après cette terrible nuit, je ne peux m'empecher que culpabiliser. Si seulement, si seulement, je n'avais pas provoqué Hugh Marteau... Vermithor serait toujours du coté des noirs, Orties serait encore en vie comme Morghul, Shraikos et Nuée d'Orage. Si il m'en ai donné la possibilité, je tuerais ce traitre de mes propres mains, je le tuerais en même temps que Borros Baratheon chez qui il a trouvé refuge. Si il y'a un an, on m'avait dit que j'aurais du sang sur les mains, j'aurais sans doute ri. Cependant depuis Alicent, j'ai l'impression que jamais je ne cesserais de prendre des vies pour proteger ceux que j'aime...

Ce matin... je n'ai qu'une hate, voir le retour de Merlon a Port-Réal

_________________
Canine - Mercenaire et sorcière de la Compagnie du Coeur Sombre
Orties - Mercenaire et Herboriste de la Compagnie du Coeur Sombre
Je suis également...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dyvtalnia-academy.forumactif.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Et que Dansent les Dragons [Partie Trône de Fer]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Et que Dansent les Dragons [Partie Trône de Fer]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment laisser une seule partie de couleur ???
» [Guerre de l'anneau] partie du 12 décembre
» DRAGONS PORTES
» [Robillard, Anne] Les Chevaliers D'Emeraude - Tome 2: Les Dragons de l'Empereur Noir
» [Recherche] vengeurs et dragons de feu plastiques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystic Glue :: Mystic Glue :: Jeu de rôle-
Sauter vers: