AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Et la foudre frappa...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
Faust72
Chef d'Escouade
Chef d'Escouade
avatar

Messages : 231
Date d'inscription : 12/01/2016

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Et la foudre frappa...   Mer 31 Aoû 2016 - 20:57

Chers aventuriers, 


Je vous souhaite bon courage pour la suite de vos aventures que nous avons pu commencer cet été. Vous pouvez développer ici vos personnages (si vous le souhaiter) ainsi qu'énoncer des projets pour la suite de l'aventure si jamais vous le désirer. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeannot
Bleusaille
Bleusaille
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 22/09/2016

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Dim 25 Sep 2016 - 10:03

Voici le descriptif de mon personnage, qui repartira à l'aventure malgré l'échec cataclysmique de la dernière quête :

Nom : Morgan Farseer
Race : Humain
Archétype : épéiste errant
Apparence : grand d'environ 1m80 ; cheveux châtains mi-longs ; yeux gris ; porte une armure d'acier, une épée longue au côté gauche et un sac en bandoulière dans le dos

Morgan est né dans une célèbre famille d'oracles et de devins. Au fil des générations, ils ont su tirer profit de leur don pour étendre leur influence dans le pays et accroître leur richesse. Ce pouvoir de préscience leur a assuré une place aux côtés des puissants, seigneurs et rois étant prêts à payer cher pour jouir des conseils de ceux qui voient ce qui a été, est, ou sera.

Morgan est le troisième enfant de ses parents. Il a quatre frères, et une sœur née juste avant lui avec laquelle il s'entend tout particulièrement. Ils ont été élevés ensemble par des précepteurs, leurs parents passant plus de temps à diriger la famille qu'à s'occuper d'eux. Morgan a reçu une éducation complète, composée de cours sur les usages en politique et en haute-société, de leçons d'escrime et de magie, et d'entraînements destinés à lui faire maîtriser le don familial.

Cette vie ne lui convenait pas, et le destin qu'on lui imposait ne le satisfaisait aucunement.
D'un tempérament plus aventureux et arrogant que ses frères, Morgan rêvait d'aventure.
Il se montrait dissipé et inattentif lors de ses leçons, exception faîte de ses échanges avec son maître d'armes. Il sortait la nuit et escaladait les murailles de la propriété de ses parents pour en explorer les alentours. Il se fit prendre plusieurs fois à roder par les gardes du domaine ; mais cela ne le dissuadant nullement de recommencer, la colère de ses parents ne fit qu'augmenter.

Ils finirent par faire surveiller Morgan nuit et jour par leurs hommes pour qu'il cesse de se dérober à ce qu'ils estimaient être ses devoirs.

Morgan n'avait plus qu'une idée en tête : s'enfuir, échapper à la vie qu'on avait choisi pour lui.
Il réussi à organiser son évasion avec sa sœur ; celle-ci provoqua une diversion suffisante pour attirer les gardes du palais et lui laisser le champ libre. Morgan enfila des vêtements de serviteur, prit avec lui un sac et une bonne quantité de pièces d'or avant de courir sans s'arrêter vers les murailles qu'il avait escaladé tant de fois.

Il se réfugia dans le village le plus proche. Il y acheta en hâte une armure et une épée de bonne qualité ainsi qu'une monture avec laquelle il partit au galop sur les routes sans laisser le temps aux hommes de ses parents de le rattraper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust72
Chef d'Escouade
Chef d'Escouade
avatar

Messages : 231
Date d'inscription : 12/01/2016

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Dim 25 Sep 2016 - 20:50

Merci pour ce background, à voir maintenant ce que les autres posteront Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shugah
Sergent d'Armes
Sergent d'Armes
avatar

Messages : 121
Date d'inscription : 27/11/2014
Age : 26

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Dim 25 Sep 2016 - 21:10

Alors que non loin de là, le paladin Guillebault s'éteignait sous une pile de gravats, un enfant arrivait dans le village en courant. Il s’agissait d’un garçon d’une douzaine d’année, le visage parcourus de larmes, portant des vêtements déchirés par endroits. Il s’approchait de la première personne qu’il aperçut : un homme qui tentait de rafistoler les vitres de sa taverne, tout en proférant quelques insultes homophobes.
« Monsieur ! Aidez-moi, s’il vous plaît ! » dit le garçon.
Roger le tavernier se retourna, et son sang se glaça aussitôt à la vue du gamin, car son état lui rappela celui de l’enfant-monstre qu’il a eu la malchance de croiser hier. À un détail près : celui-ci portait plusieurs blessures sur le corps, hors s’il fallait en croire les dires des aventuriers de la vieille, qui l'avait mutilé « pour être sûr », ces créatures ne peuvent pas avoir de telles blessures. Rassuré, il se ressaisit :
« Que t'est-il arrivé mon garçon ? Tu es dans un bien piteux état, constata-t-il.
− Aidez-moi ! Mon papa… Des monstres nous ont attaqués dans la forêt, mais il n’est pas revenu ! Aidez-moi je vous en prie ! »
Il s’agenouilla aux pieds de l’homme et se mit à pleurer de plus belle. Roger semblait désemparé, il n’avait aucune expérience avec les enfants, encore moins avec ceux en détresse. Il tenta de le rassurer :
« Allons, allons. On va le retrouver ton papa, dit-il sans conviction. D’où viens-tu ?
− Papa était venu pour me faire sortir de l’école au fond de la forêt, l’Institut Xander, il disait que ça devenait dangereux… dit l’enfant en reniflant. On s’est fait attaqué par des loups bizarres sur le chemin, papa les as retenus et m’a dit de courir… J’aurais dû rester pour l’aider…
L’Institut Xander ? Dans la forêt ? J’en ai jamais entendu parler, es-tu sûr de toi ? questionna-t-il.
− Oui. C’est… c’est une école pour jeunes surdoués, il se releva, tremblant. On y apprend la magie, entre autre. »
L’homme hésita un moment, puis saisit l’enfant par l’épaule et l’invita à entrer dans sa taverne.
«  Rentre-donc, je vais te servir quelque chose à boire puis aller voir le Maire pour lui demander conseil. Un groupe d’aventurier traînait dans le coin ce matin encore, peut-être qu’ils pourront t’aider, dit Roger sans vraiment y croire. Au fait, comment t’appelles-tu ?
− Samy. Je m’appelle Samy, répondit-il en le suivant à l’intérieur. »
Roger lui servit un verre d’eau, et se pressa hors du bâtiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust72
Chef d'Escouade
Chef d'Escouade
avatar

Messages : 231
Date d'inscription : 12/01/2016

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Lun 26 Sep 2016 - 18:22

Super, manque plus que 3 présentations et le résumé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pyros
Her Präsident
Her Präsident
avatar

Messages : 87
Date d'inscription : 01/02/2016
Age : 24
Localisation : Babylone, -400 avant JCVD

Feuille de personnage
Nom :: Élise
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE5
POUVOIR8
HABILETE7

Endurance:
15/15  (15/15)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Mar 27 Sep 2016 - 20:53

Alors, avant de faire ma présentation, je poste le compte rendu des deux séances dernières. c'est peut être un peu fouillis, mais c'est très long... 5 pages word. j'ai fait ça en cours, depuis la semaine dernière, et j'aurais voulu le rendre un peu plus drôle, mais là, je me sens vraiment pas de tout me retaper... contentez vous en ! (au fait, je suis parti du principe que la compagnie principale était belle et bien morte, donc si vous les réutilisez, vous pourrez changer leur nom ? en fait, cette demande ne s'adresse qu'à Guillebault, puisque c'est le seul dont j'avais le nom au moment d'écrire... j'ai pas noté les autres. mais je trouve que ça fait plus drôle encore, puisque c'est celui qui a le moins de chance du groupe !) Mais laissez moi donc vous compter l'histoire, de la compagnie de l'Arbre de la Tranquillité :

Introduction

Alors que l'automne commençait à poindre, l'église de l'arbre de la tranquillité s'inquiétait. La renommée de leur Dieu quasi inexistante, leur religion déclinait et menaçait de s'éteindre. Il fallait agir. Une troupe fut alors dépêchée pour parcourir le monde et prêcher la bonne parole : l'arbre de la tranquillité devait resplendir. Deux fidèles furent choisis : le paladin Guillebault, fier représentant du culte et porte-étendard, et un prêtre, fervent pratiquant de sa foi.
Ils fut décidé qu'on ajouterait au groupe deux guerriers, car une compagnie constituée de deux membres seulements, c'est dangereux et ça fait un peu bouseux. C'est ainsi qu'ils furent rejoints par une naine et un mage. Forts de leur complémentarité, ils pouvaient ainsi partir sur les routes.
Alors qu'ils progressaient à là bordure d'une forêt, un elfe sortit des fourrés, et se dirigeant dans la même direction, choisit de les rejoindre. Il avait passé sa vie en solitaire, et cherchait à présent le contact et les bonnes actions.
Chapitre 1 : Bataille en forêt
Après quelques temps passés ensemble, mais sans que quiconque n'ai vraiment eu le temps de connaître ses compagnons, le groupe hétéroclite approcha un village. Ça tombait bien : la pluie commençait à tomber, et une armure rouillée n'allait pas aider le charisme du paladin. Mais à une centaine de mètres de l'entrée, le magicien arrêta tout le monde : il avait senti la corruption dans les buissons. Le paladin, n'écoutant que son courage, fit galoper sa monture vers la gloire en hurlant à l'hérétique ! Malheureusement pour lui, son cheval prit peur et rua violemment, projetant Guillebault au sol... L'elfe, qui n'avait pas supporté que le paladin l'insulte, se rua sur lui et le frappa violemment au sol. Il fallait que le prêtre viennent l'écarter pour que le guerrier de foi puisse se relever. La naine, pendant que chacun essayait de se calmer, avait avancé vers les buissons. Dés qu'elle fut assez proche, une meute de loups se jeta sur elle. Le combat s'engagea.
Pendant que la naine tranchait les bêtes à coups de hache effilée, que l'elfe transperçait les animaux de ses flèches enflammées, et que le mage leur faisait connaître la puissance des arcanes, le paladin perdu l'équilibre en attaquant, et taillada le bras de son compagnon... l'arbre de la tranquillité semblait lui en vouloir décidément. Ses camarades combattaient vaillamment, même le prêtre malgré sa blessure, et lorsqu'il tenta de porter un nouveau coup, son arme lui... glissa des mains. Il se retrouva ainsi désarmé, au milieu des quelques loups restants. Cependant, deux d'entre eux tentèrent de l'attaquer en même temps. Ils se jetèrent sur lui, mais au moment où leur crocs auraient du entrer dans sa chair, Guillebault s'effondra. S'en était trop pour lui, il se sentait abandonné des cieux. Ses deux assaillant se percutèrent donc violemment et tombèrent au sol. Les deux loups restants le gardèrent pour cible, et le mordirent. Guillebault ne réagit pas, et les laissa faire. Les loups furent achevés par un rayons d'énergie du mage.
L'heure était alors au constat : les loups n'étaient pas naturels. Vu de l'intérieur, ils étaient composés de plusieurs organes, qui n'auraient jamais du se situer à tels emplacement. On trouvait entre autres des yeux, à la place des muscles... l'elfe et le mage étaient sans appel : ces créatures étaient en fait des parasites. Ceux là encore jeunes, ne pouvaient pas prendre possession d'être humains. Mais les lieux étaient chargés de leur présence néfaste. Le groupe en obtint une description de la part de l'érudit : ils étaient l'oeuvre d'expériences magique, et pouvaient prendre n'importe quelle apparence, avec les souvenirs et le comportement de leur hôte. Ils possédaient des capacités de régénération très importante, et étaient nés d'une reine, de taille importante et qui devait être entourée de plusieurs de ses rejetons la protégeant. Il fallait s'en débarrasser, et c'était une mission de choix pour la compagnie de l'Arbre de la Tranquillité.
Manque de bol : Guillebault était entré dans une léthargie dont il semblait impossible de le faire sortir. Chacun y allait de son commentaire, de ses encouragements, mais rien à faire : le paladin semblait mort à l'intérieur. La naine eut alors une idée : elle s'avança plus loin dans la forêt, et retomba bien sur sur d'autres loups. En entendant ses cris, la troupe – moins Guillebault – parti à son secours. Les bêtes ne firent pas long feu, et alors que l'elfe s’apprêtait à tuer la dernière d'une flèche enflammée, la naine l'arrêta, attrapa le loup, et le présenta à Guillebault. Il FALLAIT qu'il reprennent ses esprit, et qu'il tue ce parasite. Mais il n'y parvint pas... c'est le prêtre qui s'en est chargé pour lui, envoyant la créature dans l'enfer d'où elle venait. Guillebault était déprimé, et il avait besoin de repos. Il fut convenu que le groupe se rendrait au village, et paye sa tournée de bières au pauvre paladin. En plus, il pleuvait fort maintenant...
Chapitre 2 : Visite du village
Arrivés au village, les aventuriers virent sortir peu à peu les villageois (qui avaient pris peur en voyant Guillebault foncer vers eux, l'arme sortie). Ils entrèrent dans l'auberge, s'excusèrent auprès du tavernier pour les marques d'épée dans le parquet (oui, le paladin ne se donnait même plus la peine de lever son arme...) et payèrent des consommations pour le dépressif. Pendant que leur compagnon noyait son désespoir dans l'alcool, le reste des membres se renseigna auprès de l'aubergiste : depuis un mois environ, les créatures de la forêt agissait de manière étrange, et on ne voyait plus que de très rares marchands passer par le village. C'est également à cette date approximative que habitant du village, apprenti mage, était parti du village pour ne jamais y revenir. Les habitants avaient supposé qu'il était mort.
Une clameur se fit alors entendre de l'extérieur de la taverne. La naine et l'elfe sortirent pendant que le prêtre et le mage s'occupaient du paladin. Dehors, un enfant étaient entouré par une foule de villageois. Ses vêtements étaient en lambeaux et il semblait apeuré. Seulement, quelque chose clochait : malgré les déchirures de ses habits, l'enfant ne semblait pas avoir une seule blessure ! Seul l'elfe le nota, pendant que la naine ne vit rien. Les deux s'approchèrent de la foule pour écouter le garçon. Sa mère avait été « enlevée » dans la forêt par des créatures, et il appelait de l'aide. L'elfe se lança d'un un discours où il présenta son groupe et réussit à convaincre l'attroupement de le laisser tranquille pour qu'il puisse raconter son problème dans la taverne. Son éloquence fut telle que les villageois le laissèrent faire dans aucune réaction, malgré le fracas entendu dans l'auberge, venant du paladin qui s'effondrait sous l'alcool.
Une fois à l'intérieur, l'elfe demanda à la naine de s'occuper du garçon, en ne le lâchant surtout pas des yeux, « de peur qu'il s'effondre ». il prit ensuite à part les deux compagnons valides restant, pour leur faire part de ses observations. Mais le parasite passa à l'action immédiatement, et attaqua la naine sous les yeux du tavernier. Son bras changea de forme et il tenta de griffer, sans succès. Avec le cri de la naine, le groupe revint dans la salle principale et massacré méthodiquement la créature. Elle ne pu pas infliger une seule blessure à quiconque. Le groupe tenta de rassurer le tavernier, et l'elfe, pour s'assurer de son humanité, le coupa avec une dague dissimulée. Il s'excusa platement et observa la progression de la blessure, mais le mage, qui n'avait rien comprit, se précipita pour soigner la taillade. L'elfe recommença donc et mis l'aubergiste en fureur. Il les somma de quitter son établissement immédiatement, en récupérant le sac de bière qui leur servait de camarade. Celui-ci fut donc réveillé, encore bien bourré, puis traîné dehors. Le groupe se trouva donc nez à nez avec le maire, à la tête de la foule. L'elfe prit encore la parole, et hypnotisa l'assemblée par son charisme. Il assura à la population que son groupe allait s'occuper du problème, et récupérer la mère de l'enfant. Jusqu'à ce que Guillebault hurle à qui voulait l'entendre que le garçon était mort... la réactivité et le sens de la répartie de l'elfe sauva cependant la situation, et leur évita une crise... le maire accepta alors de les accompagner visiter la maison du garçon, où il n'y avait absolument RIEN, puis dans la maison de l'apprenti mage, qui (le hasard fait bien les choses) était aussi son neveu.
En y entrant, le mage sentit tout de suite une puissante magie noire imprégner la demeure. Il repéra de nombreux objets dégager une aura malsaine... l'elfe hoqueta, cligna des yeux, puis revint à la normale. Le mage listait les objets maudits, avertissant systématiquement de ne pas y toucher. L'elfe, qui avait aussi des connaissances magiques, identifia a son tour plusieurs objets, et en ramassa quelques uns, sous les cris du mage. Le paladin, qui redescendait doucement de sa cuite, en prit un aussi, et la naine repéra une carte sous un livre. En la récupérant, elle fit basculer un objet, qui faillit tomber sur le sol. C'était sans compter les réflexes du prêtre, qui se jeta au sol pour éviter un malheur d'arriver. Puis le groupe monta à l'étage. Les aventuriers y trouvèrent une bibliothèque, mais surtout plusieurs pièges magiques. Seul le mage a voulu observer d'un peu plus prêt les rayonnages, pendant que les autres redescendaient. Mais un piège se déclencha à l'étage ; le mage se mit à crier de sortir, ce que firent ses compagnons. Dés qu'il fut dehors, l'elfe sortit son arc et tira une flèche dans l'un des objets maudits de la maison. Il fit mouche, et une amphore explosa dans le salon, entraînant l'explosion de tous les objets alentours. La maison entière vola en éclat, le mage avec elle... au moins, le piège était désactivé. Puis, dans une montée d'alcool, Guillebault jeta ce qu'il avait ramassé au milieu des flammes. L'objet explosa alors, libérant une tornade qui, couplée aux flammes, menaçait de détruire les alentours. Mais la compagnie aperçue au milieu des flammes une silhouette. L'elfe, toujours l'arc à la main, tira une deuxième flèche dans l'enfer de flammes et de vent qui s'était déclenché. Là encore, il toucha. La créature s'effondra instantanément, et la tornade retomba aussitôt. La foule, qui avait assisté à la scène, remercia l'elfe pour les avoir sauvé d'une possible destruction du village. On alla voir ce qu'il restait du mage, et Guillebault dessoûla instantanément : son cadavre portait des cornes. Le pratiquant des arcanes étaient en fait un démon de la lumière, race très rare et mal-comprise du plan démonique. Rare car pourchassée par les deux camps, considérée comme ennemie à la fois par les pratiquants de la lumière, qui ne voient que le côté démoniaque de ces créatures, et par les monstres démoniaques, qui ne ressentent que la bonté en eux... le paladin hurla de rage et se jeta sur son ancien coéquipier, sous les yeux du reste du groupe. Au moment où il allait planter son épée dans le corps du défunt, la naine l'en empêcha en le poussant sur le côté. Il revint à l'assaut, mais le corps inerte fut alors transpercé d'une flèche, et prit feu. L'elfe venait de mettre fin à la furie du guerrier. Tout le monde se rendit chez le maire, pour faire part des conclusions de la visite. Tout d'abord, il fallait expliquer la situation globale, puisqu'il l'ignorait, mais aussi s'assurer de son caractère humain. Le groupe se rendit donc chez lui, où les compagnons lui expliquèrent les faits : des parasites commençaient à se répandre, et avaient peut être envahis le village. Pour être sur que le maire n'en était pas un lui même, il fallait l'entailler pour vérifier ses capacité de régénération. Une fois au courant des faits, il accepta de se laisser blesser, et ne se soigna pas comme les autres parasites. Le groupe demanda ensuite des précisions sur les déplacements du neveu, concernant la carte trouvée dans sa maison. Puisque le maire n'en avait aucune idée, le prêtre le soigna, et la troupe s'en alla trouver ou dormir. Guillebault se dirigea vers l'auberge, malgré les avertissements du reste du groupe. Il y entra, l'aubergiste hurla, le paladin jeta une bourse pleine sur le comptoir en insultant le tenancier, qui le rattrapa par le col et le jeta dehors, avec son argent. Cela acheva de ruiner sa journée. Le groupe se rendit dans la maison voisine du garçon contaminé, vide puisque plus personne n'était en vie pour l'habiter. Ils y logèrent pour la nuit, et firent des tours de garde, pour être sur qu'aucun parasite ne viendrait pendant la nuit. La paladin insista pour prendre le premier tour de garde, avec la naine qui voulait garder un œil sur lui. Mais il y eu du mouvement à l'extérieur, et la paladin proposa d'aller voir pendant que la naine garderait le reste du groupe en sécurité. Il revint, un peu plus tard, le sourire au lèvres. Il commenta « Non non, c'était rien. Rien du tout. » puis vint le deuxième tour de garde. L'elfe et le prêtre regardait passer le reste de la nuit, tout semblait bien se passer, jusqu'à ce que du mouvement se fasse entendre à l'extérieur. Ils décidèrent d'y aller ensemble, pensant que les deux guerriers pourraient faire face ensemble, même surpris dans leur sommeil. Ils suivirent un loup vers les bois, avant que celui ci ne se retourne pour les attaquer, accompagné de deux autres créatures. Le prêtre contra le premier coup, et attaqua. Puis vint le tour de l'elfe, qui décocha une flèche enflammée. Il trébucha malheureusement et la flèche parti se planter... dans le dos du prêtre. Voyant que celui-ci était mal en point et qu'il ne pourrait probablement pas s'en tirer seul face à trois parasites, il prit la fuite, laissant le prêtre à son triste sort... celui-ci ne puis échapper aux mâchoires des loups, et finit seul, dans la forêt. Le temps de revenir à la maison du garçon, il faisait jour et les deux guerriers commençaient à se réveiller. Ils furent un peu surpris de voir l'elfe revenir seul ; celui-ci expliqua les événements de la nuit passée, et ils prirent ensemble une minute de silence pour leur camarade. Minute interrompue par des coups à la porte, accompagnés de cris de colère. Lorsque l'elfe ouvrit la porte, les survivants purent saluer le tavernier, furieux. Lorsqu'il était arrivé à son établissement ce matin, quelle ne fut pas sa surprise de trouver les vitres explosée et la salle saccagée. Il accusa immédiatement la compagnie, qui tourna ses regards vers le paladin. Celui-ci, tout sourire, avança qu'il ne savait pas de quoi parlait le tenancier, et qu'il était rester dans la maison toute la nuit. Le maire, qui suivait l'aubergiste, tenta de le calmer en demandant aux aventuriers de quitter le village, en les remerciant toutefois de les avoir sauver de la tornade de flammes. Pour leur montrer sa gratitude, il avait préparer, à côté des montures, tout un stock de vivres. Les trois compagnons sortirent donc, penauds, sauf l'un d'entre eux dont le sourire ne voulait pas s'estomper.
Chapitre 3 : Attaque de la grotte
Aux portes du village, ils rencontrèrent deux nouveaux venus : un rôdeur humain, accompagné d'un demi-élémentaire de la foudre. Ceux-ci en quête d'aventure, de richesse et de gloire, acceptèrent de rejoindre la compagnie. Le nouveau groupe s'enfonça donc dans la forêt, en direction de la plus proches des cavernes notées sur le plan. On expliqua aux nouveaux venus l'ensemble de la situation, et le rôdeur se rendit alors compte que la troupe était suivie. Aucune mauvaise intention ne se dégageait de leur poursuivants, mais les compagnons étaient encerclés. Ils arrivèrent ainsi à une grotte, comme indiqué sur le plan. La naine se retrouva devant, suivit de l'elfe, du rôdeur, du demi-élémentaliste, et du paladin. Mais lorsque la guerrière avança dans le tunnel, son pied s'enfonça dans la pierre : un portail de téléportation avait été posé ! L'elfe détruisit les pierres qui servaient à le maintenir en place, et la naine perdit un bout de semelle. Puis ils reprirent leur progression, avant de se rendre compte que les présences derrière eux s'étaient mises à courir. Le groupe accéléra aussi, jusqu'au bout du tunnel. Et la naine pilla. Et l'elfe s'arrêta. Et le rôdeur s'arrêta. Et le demi-élémentaire s'arrêta. Et le paladin continua... et la naine tomba.
Un gouffre de cinq mètres de profondeurs souvrait au bout du couloir. La naine, qui avait chuté, eu un réflexe qui inspirera plus tard les sports les plus populaires. Elle prit son bouclier, et le mis sous ses pieds. Elle dévala ainsi la pente raide jusqu'au fond de la salle, où elle retrouva ses semelles. Les autres ne purent que rester bouche bée devant une telle performance, mais il fallait faire vite : les créatures les suivaient toujours. L'elfe descendit le premier, plein de grace et d'agilité. Il fut en bas en un rien de temps, et le rodeur le suivit, sans non plus montrer beaucoup de difficulté. À son tour, leur compagnon électrique essaya de descendre, mais il trébuchat. Le paladin tenta de le rattraper, mais il s'embala et prit beaucoup trop d'élan. Il sauta en fait. Carrément. Au dessus de son camarade. Voilà voilà. Chacun au sol s'écarta, et les deux comparsent s'écrasèrent, le paladin au dessus... le demi-élémentaire n'était pas en bon état, et l'équipe du passer un certain temps à le soigner.
Ce qui avait laissé le temps à leur poursuivants de gagner du terrain. Et même, les bruits ne venaient plus seulement du couloir, mais aussi du plafond ! Le groupe repéra au sommet de la salle, un énorme parasite, entouré de dizaines d'autres, plus petits. Ils avaient trouvé la reine. Ou plutôt, les parasites les avaient conduit à leur reine. Il fallait fuir, car ils ne pouvaient pas gagner contre des ennemis si nombreux. Heureusement, la salle comportait trois accès. Le groupe nota au passage que toute la salle était maintenue par 3 grands piliers. L'elfe, qui fut le plus réactif, sprinta vers le pillier central. Il y déposa un des objet récupéré dans la maison du mage, et reparti vers la sortie la plus proche. Il fut tellement rapide qu'il y arriva avant les autres. La naine était déjà très proche de lui, et le rodeur la suivait de près. En revanche, le maître de la foudre se pris lamentablement les pieds dans les reliefs du sol, et s'étalla par terre. Encore. Guillebault, plein de bravoure, voulu aider son compagnon à se relever. Mais pendant ce temps, l'elfe avait sorti son arc, et visait l'objet maudit. Il tira, et toucha.
La salle résonna d'une énorme détonation. Le pilier s'éfondra, coupant la pièce en deux. Guillebault et l'élémentaire d'un côté, le reste de l'autre. Ne pouvant rien faire pour sauver leurs compagnons, les trois comparses coururent vers la seule sortie qui leur était accessible, tandis que le manipulateur d'éclairs utilisais sa bouffée d'adrénaline pour tirer le paladin à travers les parasites qui commençaient à se rassembler. Ils arrivèrent ainsi à l'entrée du troisième couloir, mais l'arcaniste était épuisé par sa prouesse. Guillebault le prit donc par le pied et le traina en courant vers la sortie.
Pendant ce temps, leur trois coéquipiés arrivaient à la sortie. La naine, prise d'un élan de camaraderie (on suppose, personne n'a trop compris pourquoi elle a fait ça) sauta à pieds joints dans le portail présent à cette extrémité.
C'est ainsi qu'elle se retrouva en plein milieu du nid de parasite, encerclée par les nouveaux nés. Ceux-ci tentèrent de l'attaquer, mais elle se défendit suffisamment pour les éviter. Elle massacra violemment tous ceux qu'elle pouvait, avant de prendre la fuite. Le nid se trouvant sur l'une des colonnes de la grotte, elle réitéra ses acrobaties précédentes, et essaya de descendre en glissant sur son bouclier. Mais elle n'eu pas autant de chance cette fois-ci : elle tomba durement et s'abimat les genoux. Elle sprinta mlgré tout vers la troisième sortie, précédemment employée par ses accolites malchanceux. Oubliant sa douleur, elle traversa la salle comme une fusée. Elle esquiva plusieurs bêtes, et s'engouffra dans le couloir. Et alors qu'elle approchait, elle entendit un bruit que l'on peut qualifier d'atroce : la reine entammait sa descente.
L'elfe et le rodeur, toujours à l'extérieur, se dirigèrent vers la troisième entrée, là où devaient logiquement sortir le reste de l'équipe. En y arrivant, ils apperçurent Guillebault et son accolite arrivant. Voulant fermer le passage pour bloquer les poursuivants, l'elfe jeta un nouvel objet dans le passage, derrière eux. Mais il n'y mit pas assez de force, et le point de chute se trouva finalement devant ses camarades... le rodeur utilisa son pouvoir de télékinésie, qu'il avait gardé secret jusque là, pour repousser la menace plus loin. Mais Guillebault, pris d'un réflexe aussi fulgurant qu'étrange, donna un grand coup de pied dedans avant qu'il n'est plus être dévié. En se brisant, l'artefact libéra un nuage de gaz verdatre, qui emplit le couloir. Surpris, les deux comparses n'eurent pas le temps de retenir leur souffle, et inhalèrent du poison pendant un court moment. Déséquilibré, Guillebault ne parvint pas à éviter le portail, et tomba dedans à son tour. L'élémentaire parvint par miracle à passer au dessus. L'elfe s'excusa encore, et l'empoisonné parti dans la forêt chercher de quoi se soigner. La naine, qui décidément avait battu tous les records de vitesse, arriva en vue du nuage, qui continuait à s'étendre. Elle retint son souffle, et le traversa. Il était cependant trop long pour qu'elle puisse arriver au bout sans respirer... et bien que connaissant la présence du portail à la fin (on le rappelle, elle avait déjà sauté dedans une première fois) elle ne fut pas assez réactive et tomba à moitié dedans. C'était très étrange à voir : une moitié de naine, dépassant du sol et tentant de se raccrocher à ce qu'elle pouvait. Le rodeur vint à son secours, et tenta de la tirer vers le haut. Le paladin, de son côté, voulait sortir du gouffre, et attrapa les jambes de la naine, qu'il voyait pendre au dessus de lui. Il lui attrapa donc les pieds, et tira. L'elfe essaya d'apporter son aide, mais là encore, il glissa et ne fit que pousser sur les épaules du rodeur... en fin de compte, ce dernier perdit son équilibre, et tomba, avec la naine, dans le portail. L'elfe se retrouva seul... l'élémentaire perdu de vue, il se mit à courir vers la première grotte, seule sortie accessible.
De leur côté, les malchanceux ne s'en sortaint pas très bien... le paladin, voyant que la troupe des parasites devenait un danger imminent, décida de faire tomber un autre pilier. Il y parvint, mais un rocher lui tomba dessus et il resta là, inconscient. La naine et le rodeur essayaient de leur côté de fuir, alors que la reine se rapprochait beaucoup trop vite à leur goût. Le rodeur parvint à remonter le gouffre, mais pas la naine, fatiguée par sa course précédente, et affaiblie par le poison. Elle fut donc rattrapée par les parasites, et laissée pour morte par le rodeur qui prenait ses jambes à son cou. Il parvint de son côté à esquiver les créatures, et s'approcha de la sortie.
L'elfe, qui y était parvenu lui aussi, voulu clore définitivement cette grotte maudite. Il prit son dernier artefact, et s'appréta à le lancer. Mais alors que son bras amorçait le mouvement, la fatigue le rattrapa, et l'objet lui glissa des mains, pour tomber... à ses pieds. Une nouvelle explosion retentit, et l'elfe disarut. De son corps calciné, une fumée verdatre s'échappa. En effet, lors de la visite de la maison du mage, une malédiction s'était emparée de lui. Une paranoïa farouche l'avait pris, persuadé que tous ses compagnons étaient en fait de monstrueux traitres, prêts à le tuer à n'importe quel moment. Il fallait donc s'en débarasser. Et il avait réussi. L'intégralité de la compagnie de l'Arbre de la Tranquilité avait disparu, et il y était pour énormément. Il n'était que logique qu'il fut le dernier sur la liste.
Chapitre 4 : Fin de l'aventure ?
Le rodeur parvint enfin au bout du tunnel, et courru en hurlant jusqu'au village. Il entra dans la taverne, et s'y cacha dans une couverture, en position foetale. Le tavernier (qui n'avait rien contre lui, ne l'ayant jamais rencontré) le laissa faire, sans comprendre ce qui avait pu le mettre dans cet état. Le demi-élémentaire, de son côté, était revenu à l'entrée de la deuxième grotte, soigné. Il n'y trouva personne, mais entendit une explosion au loin. Il attendit un peu, mais personne ne vint. Il se dirigea donc vers le village, sur qu'il ne retrouverait plus personne. Il se rendit à la taverne, où il retrouva son coéquipier, traumatisé. Ils repartirent donc, en regrettant d'avoir rejoint cette compagnie de frappadingues.
De leur côté, les parasites n'étaient pas morts. La reine semblait avoir survécu à la destruction partielle de la caverne, et pouvait encore proliférer. Le village était toujours en danger, mais il était hors de question pour les deux survivants de s'impliquer plus loin. Ils avaient suffisamment risqué leur vie comme ça. On ne saura donc jamais ce qu'il adviendra de la population... il faudra attendre que le problème devienne majeur et visible pour que de plus grandes puissances s'y attaquent et en récoltent la gloire.
L'arbre de la tranquilité, de son côté, continua son déclin... l'église ne reçut aucune nouvelle de la part de ses envoyés, et disparue, tout doucement. C'était la fin définitive de la compagnie, mais déjà l'on voyait arriver de nouvelles têtes au village. Serait-ce le début d'une nouvelle aventure ?
*

* *


FIN

_________________
Comme le disais le philosophe, si tu trouve le labeur pénible, n'oublie pas que même le grand chêne a un jour été un gland, comme toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust72
Chef d'Escouade
Chef d'Escouade
avatar

Messages : 231
Date d'inscription : 12/01/2016

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Mar 27 Sep 2016 - 23:31

Pas mal, maintenant rdv demain soir Wink
Il y aura une invité pour la soirée (pour découvrir et plus si affinité), vu le nombre de nouveaux arrivants dans la partie, il ne devrait pas y avoir de souci.
Préparez vos dés, joueurs et joueuses, la suite de l'aventure, c'est vous qui l'écrirez et la vivrez (surement à coup d'échec critique XD) !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pandarcher
Combattant aguerri
Combattant aguerri
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 28/09/2016
Age : 24

Feuille de personnage
Nom :: Ethen
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCEtranquille
POUVOIRde l'amitié (help!)
HABILETEoui

Endurance:
0/20  (0/20)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Mer 28 Sep 2016 - 17:41

Hello hello, je le poste un peu tard il est vrai (moins d'une heure avant la séance!!!), mais voici le résumé de mon personnage actuel (que j'espère garder encore longtemps):

Nom: Ethen Nibley
Race: Demi-élémentaire(foudre)
Archetype: Archer
Apparence: 1m75, cheveux blancs courts, yeux vert-de-gris, porte un ensemble en tissu ample avec quelques pièces en cuir(épaules, plastron, bracelets, jambières), un arc, une dague, un sac à dos et quelques sacoches à la ceinture.

Histoire: Ethen est un ancien membre de la discrète guilde des chercheurs, dont les objectifs varient selon les demandes des différentes forces en présence (nouvelles technologies liées aux gemmes, nouvelles méthodes de soin, nouveaux systèmes d'armement, etc...)
Suite à une expérience ratée qui décolora ses cheveux (syndrome de Marie-Antoinette), Ethen découvrit sa nature de demi-élémentaire. Afin de se redécouvrir lui-même, il prit la route, délaissant sa guilde d'origine, au grand dam de certains de ses collègues et au grand bonheur de certains autres.
Ethen n'est pas très bavard et n'aime pas évoquer son passé. Il est cependant curieux de tout et aime mettre ses connaissances à profit, surtout si cela peut sauver sa peau...

Vala vala

_________________
Si les duels de sorciers sont basés sur la rapidité de prononciation des sorts, est-ce que les rappeurs sont l'équivalent du SWAT? Suspect
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust72
Chef d'Escouade
Chef d'Escouade
avatar

Messages : 231
Date d'inscription : 12/01/2016

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Lun 3 Oct 2016 - 10:55

Alors, prêts pour la partie de mercredi ? J'attends vos échecs critiques avec beaucoup d’intérêt !!!  Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shugah
Sergent d'Armes
Sergent d'Armes
avatar

Messages : 121
Date d'inscription : 27/11/2014
Age : 26

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Lun 3 Oct 2016 - 11:02

Ça, ça dépendra de si mes nouveaux dés sont un cadeau empoisonné ou non Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust72
Chef d'Escouade
Chef d'Escouade
avatar

Messages : 231
Date d'inscription : 12/01/2016

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Lun 3 Oct 2016 - 11:18

cadeau empoisonné ou pas ? Même ça; le mj l'ignore complètement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
oawx
Soldat du Rang
Soldat du Rang


Messages : 43
Date d'inscription : 19/12/2013

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Mar 4 Oct 2016 - 21:21

Petit background avant de commencer:

Prénom: Gwendolyn
Race: Elfe
Age: encore juvénile pour les elfes mais assez mature pour les hommes. A vous de jugez Wink.
Physique: Adolescente brune avec des yeux vert émeraude, corps svelte.

Alors qu'elle était encore un bébé, sa famille l'as mis à l'écart pour une raison inexpliqué. Ils vivaient en dehors de leur communauté elfique. Quand elle a atteint l'âge de se débrouiller toute seule, ils l'ont laissé seule, dans la forêt. Elle appris rapidement à survivre sans aide, elle sut communiquer avec les animaux (en tout cas à cette époque, parce que maintenant c'est pas vraiment le cas ...), elle a appris à se défendre face à tout type de prédateurs. Cependant elle n'est pas restée très éloigné de la civilisation, car elle se disait que peut-être ses parents regrettaient leur geste et qu'ils voudraient la retrouver...
C'est avec nostalgie que Gwendolyn apparaît dans cette histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
oawx
Soldat du Rang
Soldat du Rang


Messages : 43
Date d'inscription : 19/12/2013

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Mar 4 Oct 2016 - 22:17

Résumé de la semaine dernière: "Quel bande de bras cassé"
Gwendolyn sentit sa forêt bizarre, surtout ses derniers temps. C'est pourquoi elle suivi des traces récentes, elle voulais savoir ce qui se passait dans la forêt et arrêter les dégâts avant qu'il ne soit trop tard. elle suivit les traces, tête en avant sans se préoccuper de ce qu'il se passait autour. C'est donc sans s'en apercevoir qu'elle entra le village de Poulgour sur choux.alors qu'elle suivait les traces elle faillit percuter un petit groupe de personne qui discutaient. Il y un enfant qui était en pleur mais sans larme et deux homme type militaire, un qui n'as pas l'air dans son assiette et l'autre qui est un peu trop sur le qui-vive. en discutant avec ces protagonistes, Gwendolyn apprend ce qui se passe dans la forêt. ( voire résumé précédent ). Pour faire descendre la tension causé par le paranoïaque elle du se blesser à la main pour prouver qu'elle n'étais pas un monstre. Sur ce arriva un homme à l'allure singulière dont l'aura plaisait beaucoup à Gwendolyn mais elle ne sut pas pourquoi. A lui aussi le paranoïaque lui a blesser la main pour vérifier que ce n'étais pas un monstre. Décidément ce type est bizarre. Ensuite il a été décidé de passer la soirée et la nuit dans la taverne/auberge. Quand Gwendolyn entra elle découvrit une grande tâche de sang sur le comptoir et le gérant l'a regardée bizarre alors elle décida d'aller là ou il y avait des voix, donc dans le jardin ou l'enfant était en train de se laver avec pour garde du corps l'autre type militaire qui avait un air malade. comme la nuit allait tomber Gwendolyn décida de dormir dans le pommier qui était dans le jardin. Sauf que le gérant suspicieux, la réveilla et lui ordonna en criant de partir de son établissement. Ce qu'elle fit car n'ayant pas d'argent elle ne pouvait dormir dans ces lits inconfortables. Le lendemain elle rentra dans l'auberge à nouveau sous le regard noir de l'aubergiste, et rejoignit ses nouveau compagnons car elle pressentait que la recherche du père du garçon allait être passionnante, et qu'elle découvrirait encore plus de paysage. Pour aller à la ville voisine ils prirent des chevaux qui étaient resté au village, alors elle fit un gros câlin au plus beau hal qu'elle ait vu. Voyant qu'autour il y avait un cheval un crispé elle voulu qu'il se détende. Il s'est détendu , oui , il a détendu sa patte pour l'envoyer contre un mur...
Suite à cet accident Gwendolyn resta dans son coin avec son hal.
Toute la troupe partit pour Ametras, la ville voisine.
Une fois arrivé, on vit une personne se faire éjecté d'une taverne. Cet personne qui n'avait pas l'air en forme reconnu le paranoïaque. Suite à cette rencontre il a été décidé d'aller plus en avant dans la ville. comme on étais le soir, il fallait aussi trouver un endroit où dormir, et là avec tout la végétation possible, Gwendolyn se sentit seule. Elle est resté avec le seul ami de la journée, son hal. Alors que ces sanglots commençait à diminuer, elle vit sortit de l'auberge l'homme à l'aura plaisant avec son arc mais cette fois il avait l'air d'un prédateur. Au lieu d'arrêter de pleurer cela lui rappeler de mauvais souvenir et se mit à sangloter de plus belle. Quelques instants plus tard, celui qui avait l'air malade sort et fait fuir un groupe d'enfant que Gwendolyn avait attiré par ses sanglots. Il lui explique qu'il n'y pas d'arbre en ville et lui explique que si elle papillonnait des yeux et minaudait devant l'aubergiste elle pourrait avoir une pomme gratuite. Mais elle ne fut pas la seule a entendre cette explication, le chasseur l'avait aussi entendu, et rentre précipitamment dans l'auberge mettre cette stratégie en place. Mais cela ne fonctionna pas ... (on se demande bien pourquoi). Du coup il ressortit pour chasser un troupeau de mouton innocent, mais malheureusement il se transforma en loup. ("ahhhh c'était ça l'aura =) "). Mais en se transformant il tua une innocente. Les deux militaires essaye de comprendre ce qui se passe, et Gwendolyn essaye d'entrer en contact avec ce grand loup. Mais au lieu d'entrer en contact avec lui elle attira son attention de prédateur. Le paranoïaque lui donne un coup d'été tandis que l'autre militaire essaye de lui faire entendre raison. Pendant ce temps des gardiens se sont mis en arc de cercle. Gwendolyn qui n'arrive plus à communiquer avec les animaux préfère partir et les laisser gérer la situation puisqu'elle ne fait qu'empirer quand elle est présente. Elle retourne sur son hal et va dormir à l'extérieur de la ville , là où se sentira un peu plus comme chez elle. Au réveil elle se retrouve face à l'homme-loup et pousse alors un hurlement car elle a peur qu'il l'as mange comme guise de petit dej. Après discussion il s'avère qu'il est un simple loup et qu'il préfère les vrai animaux. après un petit dejeuner solitaire elle repartit sur son hal pour retrouver les autres compagnons, qu'elle rencontra sur la route suite aux cri d'alerte lancer par un autochtone. Elle appris que le militaire à l'air malade avais passé la nuit dans les cachots et qu'il repartirait libre s'ils ramenaient l'homme-loup. On partit alors à la recherche de l'homme-loup. Une fois retrouvé, le militaire expliqua sa stratégie alembiqué pour leur sauver la peau. On retourna à Ametras pour appliquer cette stratégie, qui finit dans un bain de sang, en apprenant au passage que l'enfant n'a aucun savoir vivre. D'un commun accord il a été décidé de fuir, ce qui aurait fallu faire avant ...
Résumé: nous avons foutu le bordel dans une ville, et nous avons une prime sur nos tête. Par contre on ne sait toujours pas où peut être le père du môme ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust72
Chef d'Escouade
Chef d'Escouade
avatar

Messages : 231
Date d'inscription : 12/01/2016

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Mar 4 Oct 2016 - 23:37

rien que le titre du résumé m'a bien fait rire XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shugah
Sergent d'Armes
Sergent d'Armes
avatar

Messages : 121
Date d'inscription : 27/11/2014
Age : 26

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Mer 5 Oct 2016 - 13:15

On part de Ametras pour la ville de Anotrouss ? Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust72
Chef d'Escouade
Chef d'Escouade
avatar

Messages : 231
Date d'inscription : 12/01/2016

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Jeu 6 Oct 2016 - 1:19

Alors là, je l'attends avec beaucoup d'impatience le résumé !!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pandarcher
Combattant aguerri
Combattant aguerri
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 28/09/2016
Age : 24

Feuille de personnage
Nom :: Ethen
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCEtranquille
POUVOIRde l'amitié (help!)
HABILETEoui

Endurance:
0/20  (0/20)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Mar 11 Oct 2016 - 21:28

Mais c'était la découverte scientifique du siècle!!!

_________________
Si les duels de sorciers sont basés sur la rapidité de prononciation des sorts, est-ce que les rappeurs sont l'équivalent du SWAT? Suspect
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeannot
Bleusaille
Bleusaille
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 22/09/2016

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Mar 11 Oct 2016 - 22:55

Voilà le résumé de la dernière séance, si riche en échecs critiques affraid
Au nom de l'infiltration et des armures trop lourdes, je baptise cet épisode "Heavy Metal Gear"


Mois des récoltes, Jour 16




A l'avenir, je n'écouterai plus les plans d'Ethen. On a frôlé la mort pour apprendre que la prime sur sa tête était une invention du chef de la garde d'Amétras. Et on a récupéré une vraie prime sur chacune des nôtres suite à la confrontation.




Je ne sais pas par quel miracle nous avons réussi à tous nous en sortir vivants. J'avais réussi à atteindre mon cheval, mais l'animal a paniqué et m'a envoyé au sol en ruant avant de s'enfuir vers les portes de la ville. J'ai à peine eu le temps de reprendre mes esprits avant d'être violemment tiré par la jambe et trainé sur les pavés à toute vitesse. Je ne pouvais me dégager, et à la vitesse à laquelle on me déplaçait, je ne pouvais percevoir ce qui se passait autour de moi. Il m'a semblé entendre les cris d'Ethen s'ajouter aux miens.




Quand l'emprise sur ma jambe s'est enfin relâchée, j'ai pu voir ce qui m'avait ainsi trainé.

C'était l'homme-bête. Je ne sais pourquoi il a choisi de me sauver. Je l'ai vu égorger une femme en pleine rue, et quand nous l'avons rattrapé il a avoué avoir perdu le contrôle sur ses pulsions.

Il est dangereux. Mais il m'a sauvé, et il peut m'être utile ; j'ai pu constater de mes propres yeux à quel point il est fort et endurant. Je me tiens prêt à réagir si son instinct devait reprendre le dessus...




Nous avons réussi à nous enfuir et à distancer la garde, tant bien que mal. Une fois certains de ne plus être suivis, nous nous sommes arrêtés et nous avons établi notre campement sous le couvert des arbres de la première forêt en vue. Je me suis porté volontaire pour mettre en place le feu de camp et faire la cuisine, mes muscles engourdis par les pavés ne me permettant pas de faire quoi que ce soit d'autre.




Je ne sais pas trop quoi penser de l'enfant. Il n'a nulle part où aller, et je trouve son comportement de plus en plus dérangeant. Il agit impulsivement, et il a une manière d'être qui se rapproche parfois plus de celle de l'homme-bête que de celle d'un humain. Je l'ai vu tailler la chair encore fraîche de la biche tuée pour le dîner, et la dévorer telle quelle.




J'ai accepté de prendre le deuxième tour de garde. J'espère qu'on va passer une nuit tranquille.




PS : Je devrais arrêter de tenter le destin en écrivant des choses pareilles. Nous avons été attaqué par trois gobelins durant la nuit. Il ont failli nous prendre par surprise, et nous avons dû les affronter dans un état de demi-sommeil. Heureusement, ils étaient de bien piètres adversaires.







Mois des récoltes, Jour 17




J'ai bien dormi. Finalement, j'ai peut-être bien fait de souhaiter une nuit tranquille.

Les rêves ne m'ont pas tourmenté.




Si j'en crois mon maître d'armes, le temps presse. L'état de santé de Maori pourrait se dégrader de jour en jour. Je dois me rendre à son chevet. J'ai réussi à convaincre mes compagnons de me servir d'escorte sur les terres de l'époux de ma sœur ; il est plus que probable que je n'y sois pas le bienvenu en raison de mon statut de déchu.




Pour nous y rendre, nous avons dû traverser deux villages. Nous avons failli ne pas passer le premier.




Dès que nous sommes arrivés en vue de la bourgade, nous avons repéré des gardes. Ils semblaient poser des questions aux voyageurs et leur montrer des affiches. En approchant, nous avons été à notre tour abordés par ces gardes qui nous ont demandé de nous découvrir et de donner nos noms. Un rapide coup d'œil aux affiches m'apprit que notre groupe était recherché.

La tension montait, l'un des gardes faisant des allers retours entre les affiches et nos visages d'un regard de plus en plus circonspect.

C'est le gamin qui nous a sauvé. Alors que je venait de balbutier un faux nom, il se pencha depuis la croupe de mon cheval et lança joyeusement, sans la moindre honte, les mots suivants :

"Moi, jm'appelle esclave sexuel !"

Les gardes explosèrent de rire, la tension retombant comme par enchantement. Entre deux sanglots, il nous laissèrent passer, et nous nous éloignâmes sans demander notre reste.




Encore stupéfaits par notre chance, nous avancions dans la rue principale quand nous avons remarqué des affiches accrochées à un mur, semblables à celles brandies par les gardes.

C'étaient des avis de recherche nous représentant, ce qui n'était guère surprenant. Ce qui l'était davantage, c'est le fait que la prime pour ma capture était bien plus élevée que celle des autres, et que j'étais recherché vivant.




Nous ne nous sommes pas attardé, quelqu'un nous épiant depuis une fenêtre. Un simple sort de télékinésie à suffit à le convaincre de ne pas s'occuper de nos affaires, mais plutôt de son nez sur lequel se sont rabattus violemment ses propres volets.




Avant de quitter le village, nous avons dû laisser le gamin faire ses besoins dans une ruelle. Il l'avait bien mérité, quelque part.

Il me met toujours mal à l'aise. Je n'ai jamais vu quelqu'un arborer un sourire aussi large après s'être soulagé.




Nous avons repris la route, et nous n'avons pas rencontré d'autres difficultés. Nous avons traversé sans nous arrêter le second village. Nous nous rapprochons des terres du noble.







Mois des récoltes, Jour 18




Je m'en souviendrais de cette journée. Longtemps. Et j'espère vivre assez vieux pour pouvoir un joue en rire.




Nous nous sommes levés de bonne heure pour parcourir le peu de chemin qui nous séparait encore des terres du noble. Le voyage fut tranquille, et nous arrivâmes en vue de la demeure dans l'après-midi. Au cœur d'une forêt, nous nous sommes retrouvés face à une bâtisse immense, entourée de plusieurs dépendances et protégée par une haute muraille.




Nous avons à peine eu le temps d'observer l'édifice que le son clair d'un cor de chasse retentissait.

Nous avons réussi à nous cacher derrière des arbres, tandis que les aboiements d'une meute de chiens se faisaient entendre, suivis de peu par le galop des montures de leurs maîtres.




Nous avons réussi à ne pas donner l'alerte. Mais on nous a vu.

Un enfant, assis derrière un des cavaliers, à tourné la tête dans notre direction. J'ai vu son visage, et je n'ai pu m'empêcher de voir un air de famille. Mon maître m'a dit que deux des enfants de Maori étaient déjà âgés de quelques années.




Par chance, l'enfant n'a pas prévenu les cavaliers de notre présence. Mais cette chance n'a pas duré.




Nous avons estimé que notre meilleure chance de parvenir jusqu'à ma sœur sans donner l'alerte était d'escalader les murailles, puis de se servir du flair de l'homme-bête pour localiser les cuisines pour y capturer et interroger un serviteur. L'idée était de lui demander où se trouvait sa maîtresse avant de l'attacher, de le bâillonner, et éventuellement d' "emprunter" des tenues de serviteurs qui auraient facilité notre infiltration.




Avant même qu'on ait atteint les murailles, ça a dérapé. Dans tous les sens du terme.

Je me suis pris les pieds dans des racines, et j'ai entraîné Ethen dans ma chute. Nos cris, et le bruit de ferraille de mon armure n'ont pas manqué d'alerter les gardes. On entendait des hommes se rapprocher de nous, et j'ai choisi de tirer parti du bruit causé par mon armure pour les éloigner du groupe. Abandonnant toute discrétion, je me suis précipité vers mon cheval et suis parti au galop, attirant vers moi nos poursuivants.




Je pensais ainsi donner à mes camarades une chance de réussir à s'introduire discrètement dans l'enceinte et de récupérer les informations dont nous avions besoin.

J'ignore comment les choses se sont passées exactement. Toujours est il qu'une fois mes poursuivants semés et le château retrouvé, j'entendais des cris et beaucoup trop d'activité à l'intérieur des murs pour pouvoir rester optimiste.




J'ai réussi à escalader les murailles, et une fois arrivé en haut, j'ai vu à quel point les choses se passaient mal. Mes compagnons avaient bel et bien réussi à capturer une servante. Mais celle-ci hurlait, se débattait, et se raccrochait à tous ce qu'elle pouvait pour empêcher l'homme bête et le gamin de l'emmener. Je pouvais également voir que la garde du château se déployait dans notre direction.




Du coin du regard, je vis Ethen et Gwendolyn se réfugier dans la cave des cuisines, qui se trouvait être le bâtiment situé à côté du pan de muraille sur lequel je me trouvais. Voulant tenter le tout pour le tout, je m'élançais sur le toit des cuisines...pour sentir ma jambe s'enfoncer dans le toit de chaume. Réussissant tant bien que mal à me dégager, je me suis laisser glisser du toit pour atteindre la porte du bâtiment, que j'ai immédiatement refermée derrière moi.




Un coup lourd sur le crâne faillit me faire perdre l'équilibre alors que je me retournais pour découvrir une servante, brandissant une casserole de ses deux mains. J'ai réussi à la maîtriser et à la faire parler : ma sœur se trouvait au troisième étage de la bâtisse principale.




Laissant là la soubrette, je me ruais vers le débarras des cuisines pour y chercher la trappe menant à la cave, dans l'espoir de sortir du bâtiment à l'insu des gardes et de retrouver Ethen et Gwendolyn.

Je découvrit alors une scène des plus inattendues et des plus étranges. Ethen était en grande conversation avec Gwendolyn, et il était de toute évidence surexcité. Quand à l'elfe, elle était d'un calme si grand qu'il en était étrange. Elle ne semblait se sentir aucunement menacée dans la situation présente, et ses yeux d'ordinaire verts brillaient à présents d'une multitude de nuances d'orange et de jaune. N'ayant pas le temps de me poser beaucoup de questions, j'attrapais Ethen, qui avait l'air d'avoir plus envie de me parler de "la découverte du siècle" que de s'enfuir, et le traînais vers la sortie tout en criant à Gwendolyn de nous suivre. Ce qu'elle fit ; mais en marchant lentement, et en prenant le temps de s'étirer.




En sortant de la cave, je remarquais sur le mur de la bâtisse principale une grille d'évacuation dont certains barreaux étaient tordus. Il était sûrement possible de rentrer dans le bâtiment en écartant d'avantage les barreaux, mais le bruit des pas des gardes, de plus en plus proche, me dissuada d'explorer d'avantage cette possibilité. Le seul échappatoire était la muraille, que je réussi à escalader pour passer de l'autre côté.




J'étais suivi de près par Ethen, mais pas par Gwendolyn.

Elle était restée en bas de la muraille, et nous regardait sans se départir de son calme. Elle était immobile alors que les gardes arrivaient en masse vers nous.




Nous n'avions pas le temps d'aller la chercher. Nous nous sommes enfuis, et nous avons retrouvé l'homme-bête et l'enfant dans la forêt. Ethen m'a parlé de la condition de l'elfe, et il m'a annoncé avec un grand sourire qu'elle était possédée. Selon lui, l'entité est bénéfique, mais je n'en crois pas un mot. D'autant plus que l'entité en question nous à rejoint peu après avec le corps de l'elfe, sans dommage apparent. J'ai gardé mon calme pour interroger la créature. Selon elle, elle aurait juste parlé avec les gardes, qui l'auraient laissée partir. Comment croire une histoire pareille ?

J'ai tenté d'en apprendre d'avantage sur l'entité elle même, mais elle s'exprime de manière extrêmement évasive et je ne me risquerai pas à la brusquer avant de savoir à quoi j'ai affaire.




La nuit tombe, nous devons agir vite avant que les gardes du château ne nous retrouvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust72
Chef d'Escouade
Chef d'Escouade
avatar

Messages : 231
Date d'inscription : 12/01/2016

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Mar 11 Oct 2016 - 23:18

Je tiens à apporter une correction, l'elfe est arrivé blesser, une flèche plantée dans son épaule. Mais sinon d'enfer le résumé, maintenant bonne chance pour demain. Puisse les dés être clément avec vous ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pandarcher
Combattant aguerri
Combattant aguerri
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 28/09/2016
Age : 24

Feuille de personnage
Nom :: Ethen
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCEtranquille
POUVOIRde l'amitié (help!)
HABILETEoui

Endurance:
0/20  (0/20)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Mer 12 Oct 2016 - 16:35

Amis d'infortune, bonjour

Je ne pourrais pas être présent lors des deux prochains mercredi (les 19 et 26 octobre), aussi par souci d'équité je me propose comme rapporteur pour la séance de ce soir.

A toute!

_________________
Si les duels de sorciers sont basés sur la rapidité de prononciation des sorts, est-ce que les rappeurs sont l'équivalent du SWAT? Suspect
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust72
Chef d'Escouade
Chef d'Escouade
avatar

Messages : 231
Date d'inscription : 12/01/2016

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Jeu 13 Oct 2016 - 15:26

Ce qu'il y avait de bien, c'est que vous aviez un plan...aviez... XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shugah
Sergent d'Armes
Sergent d'Armes
avatar

Messages : 121
Date d'inscription : 27/11/2014
Age : 26

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Ven 14 Oct 2016 - 15:11

Ben les 2/3 du plan ont quand même marchés, c'est déjà un fait remarquable pour notre équipe !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust72
Chef d'Escouade
Chef d'Escouade
avatar

Messages : 231
Date d'inscription : 12/01/2016

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Lun 17 Oct 2016 - 12:26

Pour le post-apo, ne sachant pas comment vous allez évoluer et qu'il y aura sans doute un haut de mortalité, je vous conseille de prévoir un deuxième perso (juste au cas où...) Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shugah
Sergent d'Armes
Sergent d'Armes
avatar

Messages : 121
Date d'inscription : 27/11/2014
Age : 26

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Lun 17 Oct 2016 - 12:53

Comme le 1er est calqué sur nous, pour l'autre on prend notre deuxième personnalité ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust72
Chef d'Escouade
Chef d'Escouade
avatar

Messages : 231
Date d'inscription : 12/01/2016

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Lun 17 Oct 2016 - 15:26

Pour le deuxieme, vous etes libre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Et la foudre frappa...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 12Aller à la page : 1, 2, 3 ... 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» Percy Jackson, le voleur de foudre
» Impact de foudre sur la Tour Eiffel
» Reportage sur la foudre
» [Riordan, Rick] Percy Jackson - Tome 1: Le voleur de foudre
» Percy Jackson - Le Voleur de Foudre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystic Glue :: Mystic Glue :: Jeu de rôle-
Sauter vers: