AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 wulin, chroniques du pinceau et de l'épée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
calamity
Sergent d'Armes
Sergent d'Armes
avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 28/03/2016
Age : 43
Localisation : le mans

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: wulin, chroniques du pinceau et de l'épée   Ven 9 Juin 2017 - 17:33

avec Marsat, Roméo, et...

wulin vous invite à jouer un youxia, une légende des récits de chevalerie chinoise mélangeant drame, aventure et art martiaux dans une débauche de combats fulgurants, de personnages hauts en couleurs et d'actes héroïques.
Cheminant dans les méandre d'un empire sur le déclin, subissant les assauts des terribles Jurchen et de la dynastie Jin, gangrénée par la corruption qui paralyse la cour. Mu par un destin implacable les youxia n'ont pas d'autre choix qu'être à la hauteur de leur réputation qu'ils écrivent à chacun de leur geste, s'illustrant par leur vertu, leur courage ou leur prouesses martiales...


Après la perte de Dongjing la capitale des Song, L'Empereur Song Gaozong le nouveau fils du ciel choisi d'installer sa capitale à Lin'An. La cour, lâche et corrompue ordonne l'arrestation et la mise à mort du général Yue Feï. Ils espérait s'attirer les bonnes grâces de la dynastie Jin mais le choc de cette trahison fut tel qu'a la cour, dans l'armée, dans les écoles et même la noblesse nombreux se sont tranché la gorge pour manifester leur colère. Les pleutres qui entourent le fils du ciel lui conseil de se débarrasser de tout ceux qui pourrait créer une force suffisante à affrnter les Jin et libérer le pays. Beaucoup ont fuit, certain devinrent brigands, les chevaliers des vertes forêts. Redresseurs de torts qui méprisent l'injustice, en luttent contre l'ignominie et la corruption.
Depuis quelque mois la situation se trouble. Même le fier Trois sapèque le roi mendiant a disparu...
Sous le ciel du Jiang hu (le pays des lacs et des rivières) le destin vous a réunis. Vous les gens de Wulin (la forêt de la guerre) n'êtes plus qu'à une centaine de li de Wuxi une cité bâtie sur un des affluents du grand canal du nord d'où pourraient partir l'offensive Jin sur les Song du sud.

A suivre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calamity
Sergent d'Armes
Sergent d'Armes
avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 28/03/2016
Age : 43
Localisation : le mans

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: wulin, chroniques du pinceau et de l'épée   Ven 23 Juin 2017 - 12:34

La modeste conteuse qui se tient devant vous sur la plate forme du pavillon des bavards est originaire de Lin'An la grande capitale de la majestueuse Dynastie des Song du sud et a pour nom Lin Chao-ying. Je tiens à vous parler d'une page d'histoire oubliée; mais les héros qui l'inspirent était bel et bien des chevaliers des vertes forêts et je vous assure que chacun des faits est vrai.
Si quelqu'un ose me prétendre menteuse alors qu'il s'avance et en face la preuve!
s'il dit vrai je m'inclinerai et me trancherai moi même la gorge sur la lame de son épée.

il y a plus de cent ans, à l'époque où le fils du ciel Renzong de la très glorieuse dynastie des Song régnait sur l'Empire fleuri, le grand marescalier hong en tournée d'inspection au grand temple de l'est fit ouvrir la pièce interdite dans laquelle les rois démons étaient retenu captif.
Tourier, sonneur et prieur le supliaient de ne pas ouvrir la porte car cette salle retient les pires calamités et il est impossible d'imaginer quels méfaits seront commis. mais aucun deux n'était le parfait et le grand marescalier Hong leur répondit baliverne:
_ vous autre, moines de malheur, n'êtes qu'un tas d'ânes chauve et sans la moindre honte vous répandez vos superstitions sur nous autre mortels puis vous nous vendez prières et portes bonheur. Il ne sera jamais dit que moi le grand marescalier Hong aura eu peur d'une porte scellée par papier. De plus, canailles que vous êtes, où a-t-on vu que les êtres célestes se mêlaient des affaires de nous autres. Personne n'a jamais vu ces rois démon dont vous brandissez la menace et moi je veux constater ce qu'ils sont! si vous m'interdisez d'ouvrir cette porte, c'est peut être parce que tout simplement les fameux rois démons n'existent pas et vous craignez que votre surcherie soit révélée aux yeux de tous!
pourtant de puis neuf générations, les parfaits successifs avaient apposé leur scellé et prêté serment de veiller à ce qu'aucun n'ouvre la porte sous peine de libérer les rois démons qui ravageraient l'empire et la civilisation. le message semblait clir, il l'était aux yeux de tous mais le grand maresclier Hong fit ouvrir la porte et par des porteurs de lanterne, amener la lumière dans la salle. Cette pièce ne contenait qu'un autel de prière sous lequel une stèle de jade portait l'inscription des rois démons.
Le grand marescalier Hong ordonna immédiatement aux moines de déplacer l'autel puis il glissa son lourd bourdon d'acier laqué sous la stèle de jade. Il poussa de toute ses forces pour faire levier et fit basculer le fragile bloc de jade qui se brisa en roulant au bas des trois marches.
_ voyez donc ceci ânes chauve, il n'y a dans cette salle pas plus de rois démon que de superstitions!
la stèle de jade retirer ouvre un trou dans le sol. Un trou qui semble passer par le centre de la terre et être sans fin.
de ce puis sans fond une colonne de miasmes émergea dans un grondement qui s'amplifiait  et devenait assourdissant. La colonne noire remplissait la pièce qui était restée scellée pendant neuf générations de parfait. Et c'était tant qu'elle fini par soulever la toiture pour filer droit vers le ciel comme un poing lancé et de son sommet tous virent cent huit rayons d'or qui étaient trente six astres célestes et soixante douze astres terrestre, s'échapper et traverser le ciel.

plus récemment, sous le règne de Huizong des Song qui était plus artiste qu'empereur un conflit opposait l'alliance des cinq écoles à la secte hérétique de la religion divine du soleil et de la lune. Cette alliance des cinq écoles représentaient différentes régions du pays. Il y avait le Hengshan et le wutaishan au nord, le Songshan et le huashan au centre et l'école du Jiuhuashan représentait la région de lin'An.
Les astres étaient favorables et l'alliance était sur le point de désigner son chef unique pour pouvoir s'opposer à Maître Zhang de la secte hérétique.
Mais préoccupés qu'ils étaient par les luttes intestines et les conflits stériles, aucun n'avait vu la peste se répandre. Song Huizong lui même était trop occupé par ses distractions et pendant qu'il créait une nouvelle calligraphie l'ancien allié Jin Taïzong trahissait et menait ses troupes sur la capitale.
à chacune leur tour, les cinq écoles tombaient sous les assauts des terribles jûrchens venus du nord.
Les écoles défaites, les vaincus exécutés, les manuels de gong-fu volés. Quelques survivant ont été regroupés par le destin. Orphelins rejetés sur les routes ils vivaient cachés dans les herbes. Le désir de vengeance, est une chose mais se venger de qui? y a-t-il eu trahison de l'un des cinq?
ce serait bien de retrouver les manuels de gong-fu, si les arts martiaux des cinq écoles de cinq monts étaient enseignés à tous, ils perdraient leur valeur.

Dorénavant le fils du ciel Song Gaozong règne depuis Lin'An et selons les dernières nouvelles, il semble que tigres et dragons sortent de la forêt. Il y a parmis eux un bonze qui marche accompagné d'un singe et qui a reçu pour nom de moine Zhi-shen, Sagesse Profonde car un jour il sera un grand moine Bouddhique du grand temple du Mont Taï. Il voyage avec un certificat monastique émit par le grand parfait, son maître Sagesse Parfaite
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calamity
Sergent d'Armes
Sergent d'Armes
avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 28/03/2016
Age : 43
Localisation : le mans

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: wulin, chroniques du pinceau et de l'épée   Lun 3 Juil 2017 - 12:02

...ce moine ne manquait jamais de rien mais laissons le à ses affaires et présentons le deuxième.
Il est de ces chevaliers qui ont participé à la bataille de la reconquête. Il en était certain, il deviendra un glorieux officier et guidera ses troupes vers une brillante victoire...La vérité je vous la dis, sur le grand canal du nord il s'est arrêté à la jonque de "mille fleurs de printemps" et prit de passion cueilli chacune d'entre elles. Les grandes, les petites et les boulottes, Il cueilli toutes, il y passa ses nuits à composer ses bouquets de fleurs et ce n'est qu'une fois devenu maître de l'art floral qu'il rejoignit ses troupes: mais la bataille était perdue. On dit de lui que cent mille pages composent son herbier mais quand il allait, les autres revenaient.

le troisième, ni trois ni quatre, était un masseur itinérant dont les multiples cachets dorés tatoués sur le haut de sa joue, sa tempe. Ses mains étaient celles du bouddha et apportaient dix-milles bienfaits mais il était oisif  et entre chien et loup. Pour toutes ses raisons il était dit xiongmao, entre chat et ours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
romeo et alex
Soldat du Rang
Soldat du Rang


Messages : 26
Date d'inscription : 07/10/2016

MessageSujet: Re: wulin, chroniques du pinceau et de l'épée   Lun 10 Juil 2017 - 16:52

C'est ici que le modeste masseur xiongmao Chen Da commence à relater son histoire. Sorti de la forêt accompagné de son acolyte moine, il assiste à une scène étonnante. Une frêle jeune fille, dont émane néanmoins une étrange puissance, est à la poursuite de trois malfrats qui ont subtilisé l'épée de son maître. Le modeste masseur Chen Da s'abstient pour sa part avec sagesse et prudence de prendre une part trop grande au combat qui s'ensuit, n'intervenant que pour protester contre le sort réservé à son ami moine, piétiné par les gaillards. Ce qui lui vaudra une cinglante réprimande de la part de la jeune fille.

Accompagné du moine et d'un autre individu qui passait par là, et qui a lui aussi échoué à rétablir la justice, ils se rendent à la ville de Wuxi où ils font tous trois bombance. Au cours de leur séjour, ils sont invités dans un manoir où une maîtresse d'armes leur tient conversation. Ils apprennent par ces moyens, d'une part qu'il y a un tournoi d'arts martiaux dans la ville, dont la récompense consiste en une somme d'argent et un poste de maître d'armes pour trois ans; d'autre part que deux meurtres sanglants ont été commis par un certain démon à la pivoine, respectivement sur un greffier et un marchand.

C'est dans la nuit qui succède à cette soirée au manoir que le masseur et son nouvel "ami" sont réveillés par le gong d'alerte: un général à la retraite a été lui aussi assassiné par le même démon à la pivoine. Le mystère s'épaissit, et le désarroi est grand dans la ville.

Le modeste masseur Chen Da est rouge par la honte de son récit, qu'il juge trop approximatif; il n'a pas notamment évoqué la splendeur des canaux qu'il a parcouru en jonque... Il n'a pas évoqué non plus son inscription au tournoi d'arts martiaux, et des procédures et démarches qui s'ensuivirent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calamity
Sergent d'Armes
Sergent d'Armes
avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 28/03/2016
Age : 43
Localisation : le mans

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: wulin, chroniques du pinceau et de l'épée   Mar 11 Juil 2017 - 19:36

et vous comprenez, mon très estimé public, qu'une légende ne s'écrit pas d'un trait.
En effet ce jour là ils n'avaient pas brillé; mais au troquet de planches s'étaient abreuvés et ainsi laissé une fort belle impression à Sun l'édenté, qui tenait son surnom de son gueux sourire.
Après tout ça, par les canaux bordés d'une luxuriante végétation de mille couleurs et autant de douces senteurs, ils se rendirent sur la "presqu'île de la tortue" pour s'inscrire au fameux tournoi d'art martiaux de Wuxi.
A ce moment de l'histoire, qu'ils furent attirés par la gloire pour les trois années à v venir ou la forte récompense: cent taëls d'argent à estampille, peu importe; et sous la dynastie des Song du sud, une telle fortune permet de se faire construire un manoir, ou de vivre caché dans les herbes pendant tout un mois lunaire. Ils ont trempé leur pouce dans l'encre rouge et signé le contrat de vie et de mort "Sheng Si Zhuan".
Le destin était à l'œuvre et moi, Lin Chaoying, suis la seule à connaître le sort qui attendait ces braves youxia.

"Tigres et léopards avaient fait leur repaire
des célèbres Marais-aux-persicaires.
Et les dragons, que nul ne pouvaient prendre
nichaient dans la Citadelle-Des-Méandres."

si de ces propos étranges vous voulez savoir la raison, continuez à lire, vous aurez des détails à foison!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marsat
Doppelsöldner
Doppelsöldner
avatar

Messages : 371
Date d'inscription : 24/06/2010
Age : 34
Localisation : Le Mans

MessageSujet: Re: wulin, chroniques du pinceau et de l'épée   Dim 16 Juil 2017 - 15:41

Laissons le grand canal du Nord porter le chant des corbeaux jaloux de la magnificence du rossignol et attardons-nous un instant sur ce jeune chevalier des vertes forêts.
Mon pinceau caresse le parchemin avec la plus grande perspicacité. Comment pourrait il en être autrement, il est tenu de la main qu' a choisi vérité pour s' exprimer. Ou en étais-je donc, ha oui...

Ce porteur de l’épée vérité, disais-je, parcourait inlassablement chemins et villages isolés  protégeant les humbles de l’appétit des fauves  et des jeux tumultueux des Dragons.
Si la forêt a ses murmures, mère dans sa grande bonté m’a pourvu d’une paire d’oreilles et au grand jamais je ne laisserais un Grand Lei Tai décider du choix de celui qui entrainera la garde sans que le Tueur de Tigre n’en soit participant. Mère je te remercie de ce précieux présent.

Il se mit alors en chemin vers la cité de Wuxi, parcourant un chemin sinueux ou la nature offrait le plus beau des spectacles.
Pisser sur le temple est une chose, mais il serait des plus discourtois de ne pas prendre le temps de rendre grâce comme il se doit à chacune de ces fleurs qui font le bonheur de mes sens. Pissenlits des champs ou pivoines des luxueux balcons je suis votre courtois serviteur.
C’est donc presque à l’heure pour les inscriptions que le jeune chasseur de Tigre arrive en ville, mais la gloire de ce héro aura raison du zèle du fonctionnaire appliqué à la tache des inscriptions . Le porteur de l’épée vérité participera au Tournoi.
Comment pourrait il en être autrement?
Se plaçant autour de la plateforme le jeune chasseur de Tigre tente de jauger les premier candidats en lice mais il se trouve vite entouré d'une troupe de jeune femmes venues jauger de celui ci. C'est donc d'un œil distrait qu'il put admirer la victoire d'une disciple du principe coruscant face à un guerrier qui surement plus habitué à la fureur des champs de batailles fut décontenancé par son adversaire.

Ce serait un plaisir de compter un à un ses pétales en finale... la lumière n'a jamais dérangé vérité ni ma personne d’ailleurs...

A son tour, il monte sur l'estrade face au briseur de montagne. Cette adversaire est un freluquet équipé d'une lourde masse à deux mains. L’expérience lui ayant déjà fait affronter des adversaires simulant la faiblesse il fit honneur à celui ci en montrant ce qu'il pouvait faire.

Dans une tornade de vent et de métal , l'épée vérité vint chercher les coutures des vêtements du jeune homme lui caressant les chairs sans jamais le blesser cueillant ainsi avec grâce le fruit de la vanité.
Le jeune briseur de montagne tenta sans succès de se défendre en faisant tournoyer sa lourde masse mais c'est avec les vêtements en lambeaux qu'il se retrouva séant au sol surpris par un fauchage venue souligner la tornade qu'il venait d’essuyer.

Le bruit de sa masse tombant lourdement sur le plancher couvra un temps les pleurs du jeune homme qui fuit la déconvenue sous le regard triste du chevalier des vertes forêts.

Ce jeune briseur de montagne a appris la première leçon du novice, mais s'il s'entraîne avec persévérance il ferait un bon milicien. Si je le recroise je lui proposerais d'être mon disciple... Et je lui paierai un verre. Bien que les montagnes de son pays doivent s' apparenter aux talus du mien, leurs rossignols sont équipés d' attributs qui doivent  léser l' atterrissage et une milice à bien besoin de ce genre d' oiseaux.



_________________
Extrait des précieux écris du jeune Gao Feng disciple de la guilde des mendiants:
*Leçon n°1:
L'ours qui a le cul qui gratte ne mange pas beaucoup de miel...
Disciple, si un jour tu te trouve dans la position malheureuse du pot de miel face à un ours affamé rappel toi de cette leçon elle pourrait bien sauver ta cruche.

*Leçon n°2:
Les crêtes de coqs n'ont jamais que la couleur de la pivoine à laquelle elles se sont frottées.
Disciple ne t'attend pas à ce que je t'explique tout de la vie... tu peux aller t'entrainer maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calamity
Sergent d'Armes
Sergent d'Armes
avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 28/03/2016
Age : 43
Localisation : le mans

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: wulin, chroniques du pinceau et de l'épée   Lun 17 Juil 2017 - 11:11

"voici l'ordre de Son Excellence Hang Kawaï gouverneur de la cité par la grâce de Song Gao-zong symbole du ciel depuis que le monde est monde!

Le souverain est comme un berger tandis que le peuple est son troupeau. Il a le devoir de le faire vivre en transmettant la bienfaisance du ciel.
Quand le souverain est clairvoyant, ses ministres donnent toute leur mesure, et tout le pays est uni dans un même cœur.

Le Jianqsu est la région frontalière du nord et Wuxi aux portes du grand canal du nord. Il faut faire attention à la vie des habitants tout en résistant à l'invasion étrangère. Rien ne peut être négligé, d'un côté comme de l'autre. Aussi le comportant de toute la population est de première importance.

pour cette raison..."
quand ça traine trop, on passe. Ce n'est qu'un tournoi, pas un combat à mort mais par précaution il faut quand même signé le contrat de vie et de mort: sheng si zhuan.
Et comme ça si tu meurs, ce n'est pas grave, tu as un document administratif dument signé. et comme tout est en règle tu peux être serein.

Tous, les combattants à genoux et les spectateurs dans les gradins proclamaient: "que son excellence vive dix milles ans! Ô oui qu'elle vive dix mille ans"

Moi Lin Chaoying, j'ai appris de Sun Yan - qui été membre de la compagnie des gardiens de Pingyao au service de Chen Yumang - la voie du principe coruscant. "le premier rayon aveugle le dormeur" est le nom de la technique qu'elle utilisa contre Qin Ming son adversaire du premier jour. Et c'est comme ça qu'elle prit le dessus car quand on est une douce jeune femme qui connaît l'aiguille et le pinceau et qu'on se retrouve face à un type revenu des champs de bataille il n'y a qu'un solution: le temps est précieux, agir vite et fort, recherche de l'efficacité. pas de fioriture pas de perte de temps!
et pour autant que je sache ce fut le plus beau combat de cette matinée parce juste après c'est le "briseur de montagne" Xiao yong qui échouait face face à un chevalier qui vivait trois ou cinq dixième de son temps "caché dans les herbes" comme on dit et cinq ou sept dixième qui restent de son temps, il était le "fantôme des vieilles tortues" comme vous savez. Et ce Li Zhong était si beau si impressionnant que même un tigre prend le temps de réfléchir. Comment ce pauvre Xiao Yong eut-il peut rivaliser face à telle fougue?
l'histoire dit que le combat suivant fut incontestablement le plus drôle de la journée. Imaginer un masseur qui est juste masseur et à qui le tirage au sert réserve Yang Ah-Wei "l'indomptable avant-garde" du très célèbre clan Yang et qui est un as des tournois. Comment un simple masseur eut-il pu rivaliser face à un combattant si expérimenté et dont le nom résonne comme le tonnerre.

mais le soleil était à son zénith et pour ceux qui ne le savent pas, à la troisième veille de jour, les braves et les spectateurs, mangent et sur l'estrade printanière il y a un grand plat de nouilles et aussi des légumes en quantité et de la viande de porc et de mouton et aussi quelques oies et canards. Tout ça accompagné de vins qui venaient de tout le pays. Ce jour là, il fallut que des spectateurs viennent eux-mêmes filtrer le vin car dans toute la cité de Wuxi il n'y avait pas assez de petites personnes pour filtrer autant de vin que peuvent boire autant de braves

finalement, comment nos valeureux réussirent-ils à se tirer de cet attrapoire?
pour le savoir, lisez donc la suite de l'histoire!
cat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marsat
Doppelsöldner
Doppelsöldner
avatar

Messages : 371
Date d'inscription : 24/06/2010
Age : 34
Localisation : Le Mans

MessageSujet: Re: wulin, chroniques du pinceau et de l'épée   Mer 2 Aoû 2017 - 0:08

Aparté:  Alors que les jeunes Zhang ont leurs yeux rivé sur le chemin de leurs aïeux, les anciens Li  regarde le chemin qu'ils ont parcouru ne voyant que leurs enfants piétiner dessus. Tous deux ne font qu'entretenir un sentier déjà tracé de longue date. En se confrontant à sa propre mort, le wuxia sort du sentier et choisi sa destinée qu'elle soit heureuse ou dramatique. Soldats de l'empire, il est l'heure de tracer notre destin. Ainsi Li Zhong motivait ses troupes avant de mener la charge.

...........

Attablé et profitant de la rançon de la gloire , Li Zhong ne sait ou donner de l'attention tellement sa coupe est pleine et son auge remplie mais c'est dans la bonne humeur qu'il partage avec les braves citoyens de Wuxi.
C'est encore dans l'euphorie collective qu'un Tonnerre de tambours d'alertes fait dégriser le jeune chevalier. L'oreille d'un ancien officier est familier aux codes des tambours et pour tous il en fit la traduction.
Citoyens de Wuxi, le démon à la pivoine se dirige vers le palais de votre gouverneur, il nous faut agir!

C'est accompagné d'une foule motivée que les wuxias se lancent à la poursuite de ce démon... un démon qui file tel le vent, saute de toits en toits et à la démarche chaloupée trahissant ses origines féminines malgré le masque de l'infamie.

Li Zhong lancé tel une tornade brandit vérité et d'un coups de fouet vif projeta une décharge d’énergie sous les pas du démon le faisant chuter dans la rue. Mais c'est sans compter la légèreté de ses pas , tel une fleur, le gredin déterminé atterri sur ses pieds à peine ralenti par la manœuvre et continue vers son odieux forfait.
Mais Li Zhong est sur ses talons, et pas loin derrière un moine valeureux qui nous a offert un glorieux combat, le masseurs qui a rencontré quelques difficultés pendant son combat ainsi que nombre de citoyens motivés.
Arrivé devant les murs du palais le démons commence à grimper aussi aisément que le chat sur le mobilier de ma.
Li-chong lance son épée en direction de l'entre jambe du démon pour clouer ses vêtements aux murs tel un papillon sur une planche de liège. Démon à la pivoine, je pense qu'avant de voir le gouverneur, il te faudra discuter avec moi.
Mais le papillon et gracile, du bout du pieds il dévie la lame de vérité, prend appuie dessus et saute jusqu'à une fenêtre . Tu me fait perdre mon temps. Et le démon s'enfonce dans les ténèbres pour accomplir ses plus vils désirs.

Dépité, incapable de grimper le wuxia regarde autour de lui et une lueur d’espoir vient raviver sa flamme.
L'empire n'est qu'un, et c'est d'un seul corps que les citoyens de wuxi portèrent trois de leurs héros jusqu'à l'encadrure pour que jusque dans les ténèbres le démon ne puisse avoir de répit.

C'est trois héros galvanisés et prêts à en découdre qui s'engouffrent sur les talons du démon qui cours sans un bruit... ou plutôt sans un huis. Alors qu'ils s' attendaient à lui courir après , tel un courant d'air , le gredin s'envole par l'encadrure tel un oiseau de nuit ne laissant derrière lui que le spectacle de ses méfaits.
Dans le long couloir gisent des gardes, au fond les deux lourdes portes donnant probablement vers les appartements du gouverneur sont entrouvertes et les deux sentinelles sont effondrées à leur pied quand le gouverneur militaire apparait.
Son regard se pose sur le spectacle puis sur les trois héros. Gardes! à la gardes! attrapés ses assassins!  Accusés malgré eux le moine et le masseurs décident de trouver un abri le temps que passe la pluie.

Li Zhong, choisi par vérité ne peux laisser cet affront impuni et s'engage alors en direction du gouverneur militaire à la langue bien pendu écartant les gardes qui arrive comme la brume vient rafraichir le visage. Toi qui accuse le porteur de vérité sans preuve approche que je châtie ta langue bien pendue.

Le gouverneur militaire percevant la détermination du héros intensifie ses appels avec  la fougue du fonctionnaire zellé: Garde! Gardes! Arrêtez le!

Alors que les gardes arrivaient comme les giboulées de mars , maintenant c'est à un orage de grêle que devrait traverser Li Zhong pour corriger cette injustice. Fasse à un tel déluge il ne pourrait retenir ses coups et le porteur de vérité ne fait pas couler le sang d' honnêtes citoyens même pour corriger une injustice.

Dans une tornade de coups de lames il provoque une décharge d'énergie externe qui vint balayer les nombreux gardes entre lui et la sortie qu'il franchie à la vitesse de l'éclair.

Faisant profil bas en attendant le moment propice à faire éclater la vérité, Li zhong a tôt fait de rejoindre ses compagnons d'infortunes. Leurs pas les mènes non loin de la jonque aux milles fleurs. Dans leur grande bonté elles les couvres de milles pétales et de leurs parfums les rendant ainsi méconnaissable au jardinier cherchant la mauvaise herbe.

Mais bien que possédant de nouveaux attraits la mauvaise herbe n'a jamais aussi bon accueil que chez Sun l'édenté.

Il est évident que la mauvaise herbe peut être attendue à un tournoi, dommage ... notre démon à la pivoine est l'une des participantes, et j'aurais apprécié pouvoir lui adresser une invitation à discuter de ses motivations...




_________________
Extrait des précieux écris du jeune Gao Feng disciple de la guilde des mendiants:
*Leçon n°1:
L'ours qui a le cul qui gratte ne mange pas beaucoup de miel...
Disciple, si un jour tu te trouve dans la position malheureuse du pot de miel face à un ours affamé rappel toi de cette leçon elle pourrait bien sauver ta cruche.

*Leçon n°2:
Les crêtes de coqs n'ont jamais que la couleur de la pivoine à laquelle elles se sont frottées.
Disciple ne t'attend pas à ce que je t'explique tout de la vie... tu peux aller t'entrainer maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calamity
Sergent d'Armes
Sergent d'Armes
avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 28/03/2016
Age : 43
Localisation : le mans

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: wulin, chroniques du pinceau et de l'épée   Sam 5 Aoû 2017 - 15:41

à vous, qui m'écoutez je le dis, à ce moment là de l'histoire, aucun de nos valeureux héros ne savaitce qui se tramait.
Mu par le courage, chacun voulait la tête du démon à la pivoine. certain à l'affut et d'autres à la traque, c'est ainsi que Li Zhong rattrapa le démon et il s'en fallu de peu, mais à un cheveux la victoire lui échappa et la pivoine d'un pas léger passa par dessus le balcon pour pénétrer le couloir qui mène aux appartements privés du gouverneur civil Hang Kawei.
La situation est tellement grave, un drame se déroule sous nos yeux ébahis et dans un élan de courage collectif nos héros sont portés tout droit vers la voute céleste pour à leur tour, se retrouver dans le fameux couloir. Et sans cet élan populaire rien de ce qui va suivre ne serait arrivé!
Le démon n'est qu'à quelque mètre devant. Au sol gisent les deux gardes. Les cous sont proprement tranchés et plus loin, les têtes détachées affichent encore un air de surprise.
li Zhong fit bien ce qu'il put mais le démon revenu du royaume de Yama file accomplir sa mission. D'un coup de pied, les portent s'ouvrent. Mais dans une cacophonie assourdissante une myriade de gardes armés remonte par l'escalier avec à leur tête Liu Taïzong, connu pour être un fidèle sujet de l'empire. Comment ce loyal conseillé du gouverneur eu-t-il pu n'avoir pas peur pour la vie de son seigneur,
Au criminel! à l'assassin! arrêtez le, arrêtez les tous! voilà ce qu'il criait et personne ne pouvait plus apaiser sa frayeur. Mais laissons le là pour l'instant.
Alors que la porte s'ouvre et que le démon viole les appartements privés, Zhi Shen le bonze trébuche juste sur les pas du démon et se retrouve lui aussi dans la pièce. Devant lui, comme revenu d'outremonde, le démon se tient là, la lune se reflète sur la lame de l'épée qu'il a en main. Il est comme les gens le disent: sa longue tignasse hirsute retombe sur ses épaules et ne laisse qu'entrevoir sa face de bois grimaçante. Là aussi le sol est garni des cadavres des gardes. Une bise glaciale souffla en tornade et le démon disparu dans la nuit ne laissant derrière lui qu'un délicat parfum de pivoine fraîche. Zhi Shen dans l'ivresse de sa nuit n'a que faire du danger et poursuit sa destinée. Et laissons le filer et revenons à Li Zhong qui ne tolère pas d'être ainsi confondu avec le criminel démoniaque. Une fois encore il brandit l'épée vérité mais face à tant et tant de drilles au service du yamen, comment eu-til- pu résister bien longtemps.
et finalement tous prirent la fuite. les uns par ici, les autres par là. Le démon ç la pivoine disparu dans la nuit et il ne restait plus à nos héros, recherchés pour crime contre l'empire, qu'à fuir pour se cacher dans les herbes, comme on dit, en attendant de faire la preuve de leur innocence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calamity
Sergent d'Armes
Sergent d'Armes
avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 28/03/2016
Age : 43
Localisation : le mans

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: wulin, chroniques du pinceau et de l'épée   Sam 5 Aoû 2017 - 16:12

après tout ce désordre les héros fuient vers les marais mais c'est une autre partie de l'histoire.
Pendant ce temps au yamen, une poignée de drille amène An Liang qui vient d'elle même, après la bastonnade rituelle d'intimidation, confesser avoir sans le savoir procurer un hébergement à un groupe de voyageurs inconnus. Elle confesse aussi qu'elle avait bien vu que l'un portait déjà plusieurs cachets dorés mais que naïvement elle avait pensé que tout le monde pouvait un jour changer pour faire le bien. Elle dit aussi qu'elle regrettait d'avoir fourni à des criminel l'hospitalité et un viatique qu'ils peuvent utiliser à mauvais escient. Comme sa confession était sincère et complète et qu'elle avait proposer de reconstruire tout ce qui avait été détruit, et aussi comment eu-t-elle pu deviner la suite des évènements? elle fut condamnée à recevoir 20coups de bâton. puis elle fut relâchée.
Sun Yang elle aussi fut présentée devant la cour. Son épée impermanence qu'elle avait à remettre en présent au gouverneur, a été retrouvée sur les lieux. Le contrôleur des décès affirme que les gardes ont été tués par l'épée. Une lame très fine dont le fil est parfait et impermanence répond à tous ces critères. Sun Yang va confesser n'êtres que la modeste servante de Chen Yu-Meng fondateur des gardiens de pingtao et que comme il est dit elle venait participer au tournoi puis elle devait remettre au gouverneur: impermanence, l'épée du fameux général Chao. Elle dira que déjà la veille au sortir de la forêt un groupe de bandits avait cherché à lui dérober le trésor et que les 4 canailles faisaient comme si elles ne se connaissaient pas. Elle ne sait pas qui ils sont mais l'un d'entre eux est Qin Ming le fou furieux qu'elle a vaincu au premier tour. Et c'est surment pour se venger d'avoir été si facilement défait que plus tard dans la nuit il a volé l'épée sacrée de notre grand héros national. puis elle ajouta qu'il lui avait bien semblé reconnaître les couleurs et le couvre-chef de Qin ming comme des attributs de l'ancienne religion du soleil et de la lune, une secte malfaisante qu'elle pensait avoir été exterminée sous la dynastie Hui-zong des Song.

bref au petit matin, le ciel s'illumine et la situation des braves est belle et bien malheureuse. de nombreuses preuves les accables de toute part.
finalement quel sort était réservé à Li Zhong,?
tournez la page, vous en saurez davantage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calamity
Sergent d'Armes
Sergent d'Armes
avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 28/03/2016
Age : 43
Localisation : le mans

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: wulin, chroniques du pinceau et de l'épée   Mar 8 Aoû 2017 - 16:59

バンザイ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: wulin, chroniques du pinceau et de l'épée   

Revenir en haut Aller en bas
 
wulin, chroniques du pinceau et de l'épée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Troisi, Licia] Chroniques du Monde Emergé (série)
» Clinique de l'exil : chroniques d'une pratique engagée
» Rice Anne - Memnoch le démon - Chroniques des vampires tome 5
» LES CHRONIQUES DE MACKAYLA LANE (Tome 2) FIEVRE ROUGE de Karen Marie Moning
» Les Chroniques de Narnia : Le Voyage du Passeur d’Aurore

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystic Glue :: Mystic Glue :: Jeu de rôle-
Sauter vers: